Accambray peut "jouer un rôle"

  • A
  • A
Accambray peut "jouer un rôle"
Partagez sur :

A 22 ans, William Accambray devrait découvrir dans quelques jours le plus haut niveau international. Le puissant arrière montpelliérain, appelé à neuf reprises en équipe de France, suit actuellement le stage des Experts à Capbreton avec de fortes chances d'appartenir au groupe pour le Mondial suédois (13-30 janvier). S'il refuse de trop se projeter, le Cannois ne manque pas pour autant d'ambitions.

A 22 ans, William Accambray devrait découvrir dans quelques jours le plus haut niveau international. Le puissant arrière montpelliérain, appelé à neuf reprises en équipe de France, suit actuellement le stage des Experts à Capbreton avec de fortes chances d'appartenir au groupe pour le Mondial suédois (13-30 janvier). S'il refuse de trop se projeter, le Cannois ne manque pas pour autant d'ambitions. Il semblerait que le moment soit venu pour William Accambray de prendre son envol avec l'équipe de France. Le jeune arrière de Montpellier, parmi les 20 joueurs français actuellement en stage à Capbreton pour préparer le Mondial suédois qui débutera le 13 janvier, devrait sauf grosse surprise être du grand voyage d'ici quelques jours. En pleine progression, le joueur de Montpellier, l'un des meilleurs de son club depuis le début de saison, va profiter bien malgré lui des blessures de Daniel Narcisse et Guillaume Gille qui ont libéré deux places sur la base arrière, l'autre devant échoir à Bertrand Roiné. "J'ai aussi bénéficié des blessures en club pour m'affirmer", confie modestement l'un des grands espoirs du handball français. Capable au mois de novembre de porter son club sur ses épaules quand la poisse s'acharnait sur le MAHB, Accambray se trouve aujourd'hui devant un autre défi, celui de montrer qu'il est capable de s'imposer au niveau supérieur. Comme s'évertue à le répéter Claude Onesta, une grande compétition internationale se situe un ton au-dessus de la Ligue des Champions, épreuve dans laquelle le Cannois a souvent brillé depuis l'automne. Et pour obtenir du temps de jeu, ce grand gaillard au physique de rugbyman (1m94, 104 kilos) va devoir séduire son sélectionneur, pas toujours tendre avec les novices. "Il ne m'a pas dit individuellement ce qu'il attend de moi", répond l'international capé à neuf reprises. Dans la presse, le guide des Bleus s'est déjà épanché sur le sujet, espérant que le Montpelliérain confirme son immense potentiel. "Je prends de plus en plus d'initiatives" Chez les Bleus, avec lesquels il s'astreint chaque jour à une séance de handball le matin et de la musculation l'après-midi avant les soins, Accambray s'est aisément fait sa place. "J'ai toujours été bien accueilli. Je me sens bien dans le groupe, poursuit-il. Mais ma période de découverte est passée. J'ai pris mes repères. Je me sens de mieux en mieux dans cette équipe. Ça aide aussi pour les matches de se sentir à l'aise. Je prends de plus en plus d'initiatives." Si sa sélection pour la Suède est quasiment assurée, Accambray refuse de l'estimer acquise, peut-être pour rester à cent pour cent. "J'essaie de prouver que j'ai ma place dans le groupe. A Bercy (lors du tournoi de Paris le week-end prochain, ndlr) il va falloir que je montre des choses pour la gagner." S'il transperce sous le maillot bleu les défenses comme il en a pris l'habitue ces derniers temps avec Montpellier, alors l'arrière gauche pourrait à terme devenir un cadre de l'équipe de France. Une ambition légitime pour ce joueur surpuissant. "Je pense que je peux avoir un rôle à jouer (en Suède). A court terme j'espère faire partir intégrante de cette équipe, et pourquoi pas devenir un titulaire." Et quand on lui parle de ses récents progrès, Accambray s'en étonnerait presque. "Ce sont les gens qui me répètent que j'ai franchi un palier cette saison mais je n'ai pas cette impression. Je fais les choses comme avant. J'ai surtout profité de plus de temps de jeu pour me montrer. Ce qui m'a permis de gagner en régularité." Ce qui n'est pas rien dans le rôle d'artificier qui est le sien à Montpellier. Reste à transposer cette réussite avec l'équipe de France.