Abidal rappelé pour l'Angleterre

  • A
  • A
Abidal rappelé pour l'Angleterre
Partagez sur :

Absent depuis la Coupe du monde 2010 où il n'avait pas joué le dernier match contre l'Afrique du Sud, Eric Abidal a été rappelé par Laurent Blanc pour le match amical des Bleus, la semaine prochaine à Wembley, contre l'Angleterre. A noter la présence d'Alou Diarra, malgré sa suspension, et l'absence de son homonyme, Lassana, peu utilisé au Real Madrid et remplacé par Yohan Cabaye.

Absent depuis la Coupe du monde 2010 où il n'avait pas joué le dernier match contre l'Afrique du Sud, Eric Abidal a été rappelé par Laurent Blanc pour le match amical des Bleus, la semaine prochaine à Wembley, contre l'Angleterre. A noter la présence d'Alou Diarra, malgré sa suspension, et l'absence de son homonyme, Lassana, peu utilisé au Real Madrid et remplacé par Yohan Cabaye. "Tous les épisodes qui peuvent rappeler l'Afrique du Sud, je veux les solder." Revenues sur le tapis en début de semaine, les primes que les joueurs avaient promis d'abandonner restent un problème pour Laurent Blanc qui a attaqué sa conférence de presse, mercredi au siège de la Fédération française de football (FFF), par ce sujet brûlant. Les acteurs présents à Knysna ne le sont plus. Pour preuve, le retour en sélection d'Eric Abidal, soupçonné d'être un des leaders de la fronde de Knysna mais exempté par la commission de discipline de la FFF à la différence de Nicolas Anelka (18 matches de suspension), Patrice Evra (5 matches), Franck Ribéry (3 matches) et Jérémy Toulalan (un match), qui sera donc du voyage à Wembley la semaine prochaine pour affronter l'Angleterre en match amical. Et s'il n'avait pas été assez clair sur ce sujet, le sélectionneur de l'équipe de France a précisé sa pensée en évoquant le cas d'un autre joueur, absent lui de cette liste de 22 pour ce match de prestige, en l'occurrence Jérémy Toulalan, dont on pourrait croire qu'il paie toujours les conséquences du fiasco sud-africain. "Je n'ai aucun critère négatif envers Jérémy Toulalan. La possibilité d'être appelé est ouverte. Il n'est pas présent ce coup-ci, il peut l'être la prochaine fois", a-t-il rappelé. Les portes ne sont pas fermées, dans un sens comme dans l'autre, en atteste l'absence de Lassana Diarra, oublié par José Mourinho au Real Madrid et remplacé par Yohann Cabaye - dont la première sélection contre la Norvège n'avait pas connu de lendemain - au sein d'un groupe France qui déplore le forfait sur blessure d'Abou Diaby. Diarra a tout d'un capitaine A droite de la défense, Anthony Réveillère, cette fois-ci présent dès le départ, est devenu en deux matches, contre la Roumanie et le Luxembourg, une alternative crédible à Bacary Sagna. A gauche, Laurent Blanc regrettait que Gaël Clichy, pas toujours performant en bleu, ne soit pas plus concurrencé. Le retour d'Abidal doit y participer. Le patron de l'équipe de France a insisté sur le fait que le latéral gauche du FC Barcelone, avec lequel il ne s'est pas entretenu directement, est "sélectionné en tant qu'arrière gauche" après avoir "retrouvé beaucoup de temps de jeu et une place de titulaire" en club, ce qui "n'est pas rien" pour Blanc. Lequel précise: "C'est un garçon qui a encore son mot à dire pour une place de titulaire au poste d'arrière gauche." Pour résumer, Blanc compte sur Abidal. Mais plus encore sur Alou Diarra. La présence du Bordelais, pourtant suspendu jusqu'au 27 novembre avec son club, est un message fort. "Je ne veux pas minimiser ce qu'il a fait", a expliqué le sélectionneur à propos de son ancien joueur coupable d'avoir bousculé un arbitre. "Mais c'est un joueur important. Depuis trois matches, il a confirmé qu'il avait un rôle important sur le terrain et en dehors. Son importance au sein du groupe a joué dans la décision de le convoquer. On l'a pris pour qu'il continue son rôle en dehors du terrain." Ou comment faire de la sentinelle bordelaise un capitaine en puissance, même si le sélectionneur est resté une nouvelle fois évasif sur le sujet. Deux, trois retouches derrière et au milieu, rien devant où Benzema, Hoarau, Gameiro, Rémy et Valbuena conservent la confiance du sélectionneur, c'est avec un groupe peu retouché que la France tentera de valider contre l'Angleterre sa montée en puissance dans les éliminatoires à l'Euro 2012. "Avant ou après, on sera toujours en période de construction", rappelle Laurent Blanc, qui se méfie des jugements hâtifs. "Cette période va durer longtemps, surtout quand on a de jeunes joueurs, notamment dans le domaine offensif." Ce qui n'empêche pas l'ancien défenseur central de Manchester United d'attendre avec impatience cette rencontre. "Ce sont des matches sans enjeu mais ce sont des matches de prestige. Et ça peut être excitant de les gagner. Les joueurs en sont conscients. On va se préparer pour le gagner." Histoire d'oublier un peu plus l'Afrique du Sud...