A qui la bonne affaire ?

  • A
  • A
A qui la bonne affaire ?
Partagez sur :

La free agency 2010, annoncée comme un grand cru, a tenu toutes ses promesses. Mais à part le Miami Heat, qui s'est doté d'un "Big Three" en or massif avec LeBron James, Dwyane Wade et Chris Bosh, quelles équipes ont réalisé les meilleures affaires sur le marché des transferts ? Tour d'horizon des gagnants et perdants de l'intersaison.

La free agency 2010, annoncée comme un grand cru, a tenu toutes ses promesses. Mais à part le Miami Heat, qui s'est doté d'un "Big Three" en or massif avec LeBron James, Dwyane Wade et Chris Bosh, quelles équipes ont réalisé les meilleures affaires sur le marché des transferts ? Tour d'horizon des gagnants et perdants de l'intersaison. BONNE PIOCHE Miami Heat Avec LeBron James, Chris Bosh et Dwyane Wade, Miami s'est construit un "Big Three" de haut niveau capable de refaire du Heat un très sérieux concurrent pour le titre NBA. Le pire, c'est que la franchise floridienne ne s'est pas contentée d'attirer trois All-Stars et de laisser le reste du vestiaire en jachère. Mike Miller, Zydrunas Ilgauskas et Udonis Haslem vont donner de la profondeur à l'effectif. Clairement le grand gagnant de cette free agency 2010. Chicago Bulls Leur effectif n'était déjà pas si repoussant mais avec les apports de Carlos Boozer, Kyle Korver et Ronnie Brewer, tous les trois recrutés au Utah Jazz, les Chicago Bulls se sont jusque-là bien renforcés cet été. La franchise de l'Illinois dispose encore d'un peu de place sous le plafond salarial et pourrait, en plus, se laisser tenter par Josh Howard ou Tracy McGrady à l'aile et par un nouvel intérieur. De quoi retrouver les sommets de la conférence Est. Voire au-delà ? Dallas Mavericks En annonçant son intention de tester le marché, à un an de la fin de son contrat, Dirk Nowitzki avait fait peur à tout le monde à Dallas. Mais l'ailier All-Star a finalement prolongé son bail chez les Mavericks, qui ont ensuite récupéré Tyson Chandler, Ian Mahnimi et Alexis Ajinça. Si les deux intérieurs français ne risquent pas de peser lourd dans la raquette texane la saison prochaine, les Mavs ont tout de même bien géré leurs affaires cet été. Boston Celtics Comme Dirk Nowitzki, Paul Pierce a fait une croix sur sa dernière année de contrat pour écouter d'autres équipes. Avant de resigner aux Celtics. Une petite frayeur pour les dirigeants de Boston qui ont également eu la bonne surprise de voir Ray Allen prolonger l'aventure dans le Massachussetts. Les C's auraient pu perdre deux membres de leur "Big Three". Ils les ont gardés. Et ont saupoudré le tout avec Jermaine O'Neal, sur le déclin certes, mais précieux. Surtout en l'absence de Kendrick Perkins. JOKER... New York Knicks L'été 2010 devait être le leur. Cela faisait plus d'un an que les New York Knicks faisaient le ménage dans leur masse salariale pour accueillir LeBron James et un autre gros poisson. Mais pour l'instant, leur panier n'est qu'à moitié plein, ou à moitié vide, avec comme seule recrue d'envergure un Amare Stoudemire qui n'est pas un franchise player. Si Raymond Felton et Ronny Turiaf l'ont rejoint, David Lee a lui fait ses valises. Ça fait juste. Peut-être même trop. Utah Jazz Avec Carlos Boozer et Kyle Korver agents libres, Utah pouvait perdre gros durant l'intersaison. Mais si les deux sont bien partis en compagnie également de Ronnie Brewer du côté des Chicago Bulls, le Jazz a plutôt bien compensé en recrutant Al Jefferson aux Minnesota Timberwolves et Raja Bell aux Golden State Warriors. Plus ou moins du poste pour poste. De quoi rassurer pour de bon le meneur All-Star Deron Williams sur les ambitions de la franchise de Salt Lake City ? Phoenix Suns Très tôt, les Suns ont su qu'ils allaient perdre Amare Stoudemire dans un secteur intérieur que Phoenix n'a pas renfloué. Mais la franchise de l'Arizona n'a pas tout perdu durant l'intersaison puisqu'elle s'est attachée les services de Hedo Turkoglu, en provenance des Toronto Raptors, et Josh Childress, qui revient en NBA après un an passé à l'Olympiakos. Deux armes dissuasives de loin et à mi-distance. Mais sous le cercle, les hommes d'Alvin Gentry risquent d'être limités. Los Angeles Clippers Eux aussi pouvaient prétendre à recruter un free agent de renom. Mais les Los Angeles Clippers ne sont plus vraiment une destination de choix pour les All-Stars en puissance. La franchise californienne a donc fait ce qu'elle a pu en enrôlant Randy Foye, Ryan Gomes et Brian Cook. Deux joueurs de seconde zone qui apporteront peut-être de la profondeur au banc. Avec le retour de Blake Griffin, la présence de Baron Davis et l'arrivée du coach Vinny Del Negro, il faut voir... MAUVAISE PIOCHE Cleveland Cavaliers Sans doute les Cleveland Cavaliers n'avaient-ils pas prévu un tel séisme. Le départ de leur star LeBron James au Miami Heat leur a fait du mal, celui de Zydrunas Ilgauskas aussi. Shaquille O'Neal, également en fin de contrat, devrait plier bagages à son tour et ce n'est pas l'arrivée de Kyle Lowry qui va rassurer Antawn Jamison, arrivé en février dernier dans l'Ohio, quant aux chances des Cavs de disputer les playoffs au printemps prochain. Toronto Raptors Toronto n'est clairement pas attractif. Comme les Phoenix Suns avec Amare Stoudemire, les Raptors ont rapidement été informés des intentions de Chris Bosh d'aller voir ailleurs. S'ils ont tenté d'attirer Boris Diaw et Tyson Chandler, les dirigeants canadiens ont finalement dû se résoudre à perdre leur autre joueur vedette, Hedo Turkoglu, parti aux Phoenix Suns. Leandro Barbosa et Dwayne Jones ont rejoint les rangs, Linas Kleiza aimerait en faire autant. Mais sur le papier, c'est insuffisant. New Jersey Nets Avec l'arrivée dans le capital de l'oligarque russe Mikhaïl Prokhorov, et la perspective d'évoluer dans une nouvelle salle à Brooklyn dans deux ans, les Nets espéraient également convaincre LeBron James ou Chris Bosh de signer. Mais comme beaucoup d'autres, New Jersey s'est retrouvé le bec dans l'eau. Jordan Farmar, Johan Petro, Anthony Morrow, Ben Uzoh et Brian Zoubek ne sont pas des renforts poids lourds. La saison risque d'être longue. A moins que Richard Jefferson revienne... San Antonio Spurs Vieillissants, les San Antonio Spurs avaient vu juste l'an dernier en acquérant Richard Jefferson. Mais l'ailier américain, agent libre non restrictif, n'a pas été retenu. Seuls Tiago Splitter, pivot brésilien de Vitoria, et Matt Bonner, conservé alors qu'il était aussi en fin de contrat, ont pour l'instant accepté de rejoindre le Texas. Pour reconquérir le titre NBA, objectif de Tim Duncan, Manu Ginobili et Tony Parker, ça parait compliqué.