A Paris, ça chauffe aussi !

  • A
  • A
A Paris, ça chauffe aussi !
Partagez sur :

L'approche du Clasico entre l'Olympique de Marseille et le Paris Saint-Germain dimanche au stade Vélodrome rend visiblement les deux équipes nerveuses. Après l'affaire du clash jeudi entre Didier Deschamps et André-Pierre Gignac, c'est cette fois le PSG qui défraie la chronique avec une altercation entre Nenê et Bodmer, révélée par Le Parisien.

L'approche du Clasico entre l'Olympique de Marseille et le Paris Saint-Germain dimanche au stade Vélodrome rend visiblement les deux équipes nerveuses. Après l'affaire du clash jeudi entre Didier Deschamps et André-Pierre Gignac, c'est cette fois le PSG qui défraie la chronique avec une altercation entre Nenê et Bodmer, révélée par Le Parisien. La manche aller du Clasico entre Marseille et Paris attise les tensions dans les deux camps. Alors que d'un côté comme de l'autre, les entraîneurs sont conscients de jouer assez gros, même s'ils bénéficient toujours du soutien, au moins de façade, de leurs dirigeants, les joueurs semblent soudainement pris d'une fièvre inhabituelle, preuve que ce match, s'il a perdu de sa passion d'antan, reste à leurs yeux un rendez-vous à ne pas manquer. D'où des tacles plus appuyés à l'entraînement et des remarques verbales qui dégénèrent parfois en altercations plus violentes. Marseille a eu le droit jeudi à son psychodrame avec un coup de gueule de Didier Deschamps à l'encontre d'André-Pierre Gignac, coupable d'avoir ouvertement critiqué la veille le choix de l'entraîneur de le laisser une fois de plus sur le banc face à Olympiakos. L'affaire s'est achevée par la mise à l'écart du joueur jusqu'à mardi prochain. Vendredi, au moment de commenter l'incident, Didier Deschamps s'est montré peu loquace, se fendant d'un "Ce n'est pas d'actualité", tout en reconnaissant implicitement certaines tensions dans le vestiaire marseillais: "Quand il n'y a pas de résultats, c'est compliqué partout, surtout dans un club médiatique comme Marseille." Bodmer et Nenê auraient failli en venir aux mains Paris n'a pas été en reste, puisque l'équipe de la capitale a aussi eu le droit à son coup de chaud, révélé par Le Parisien de vendredi. Visiblement, une langue bien pendue a raconté dans le menu la séance du jour, pourtant à huis clos, marquée par une sévère explication entre Mathieu Bodmer et Nenê. Débutée sur la pelouse par des remarques du premier à l'encontre du second, elle aurait été dans un premier temps circonscrite par Antoine Kombouaré qui, selon le quotidien francilien, aurait demandé à Bodmer de faire des tours de terrain pour se calmer. Mais cela n'a apparemment pas suffi, puisque c'est reparti de plus belle dans les vestiaires, au point que les deux hommes ont failli en venir aux mains, Bodmer étant arrêté au dernier moment par certains de ses coéquipiers et Yves Bertucci, l'adjoint de Kombouaré. Le tout sous le regard de Leonardo qui avait décidé de s'inviter à la séance du jour, preuve que le PSG vit une semaine pas comme les autres. Le Brésilien n'a pas dû être déçu du voyage, cet épisode, lot commun de tous les clubs et pas seulement des plus médiatiques comme Marseille ou Paris, montre EN tout cas que la tension monte de plusieurs crans au fur et à mesure qu'on approche d'une rencontre dont l'enjeu, compte tenu de la situation des deux équipes et de leurs entraîneurs, dépasse le simple cadre d'une belle affiche de Ligue 1...