"A la Coupe du monde pour la gagner"

  • A
  • A
"A la Coupe du monde pour la gagner"
@ Reuters
Partagez sur :

EQUIPE DE FRANCE - Patrice Evra affiche son ambition à Tignes, malgré les critiques.

EQUIPE DE FRANCE - Patrice Evra affiche son ambition à Tignes, malgré les critiques.Patrice, quel est le potentiel de l'équipe de France selon vous ? Pour l'instant, on a presque à chaque poste les meilleures individualités au monde. Mais on n'a pas encore la meilleure équipe du monde. C'est vrai et il faut l'accepter. Je ne vais pas dire qu'en un mois on peut faire des miracles mais qu'au moins, cette équipe est solide. Pour moi, cette équipe va vraiment à la Coupe du monde pour la gagner. Je suis confiant, et je ne le dis pas ici pour faire plaisir. Je n'ai pas besoin de vendre du rêve. Et comment ressentez-vous les critiques dont vous faites l'objet ? Je ne fais pas cette Coupe du monde pour les gens qui nous critiquent, mais pour les gens qui croient en nous. Le plus important, c'est de croire en nous. Ce n'est pas parce que quelqu'un dit que l'équipe de France est nulle que je vais vouloir lui prouver ce que je vaux. Je ne rentre pas dans ce jeu-là. Je crois en mon équipe, je crois en ces joueurs. On n'a peur de personne. Ecoutez Patrice Evra en conférence de presse, mercredi, à Tignes, au micro d'Alban Lepoivre :Etes-vous inquiet pour votre partenaire en défense William Gallas, qui souffre toujours du mollet ? Personnellement, non. Parce que je parle avec l'intéressé et qu'il se sent prêt. Il ne trahira pas le groupe. S'il a mal, il ne partira pas. Mais pour l'instant il est hors de question de faire cette Coupe du monde sans William Gallas. Et moi je sais qu'il sera honnête envers le groupe.On parle beaucoup de la future nomination de Laurent Blanc à la tête des Bleus en lieu et place de Raymond Domenech à l'issue de la Coupe du monde...De poser cette question, c'est grave. Quand on me parle de ça, j'ai vraiment l'impression que les gens croient qu'on va faire un safari. Ils ne parlent pas de la Coupe du monde mais ils parlent du futur sélectionneur. Autant parler du prochain magasinier, du prochain sponsor, du prochain chef cuisinier... Je sais que ce sera peut-être Laurent Blanc mais ça s'arrête là. Les gens ne respectent pas cette Coupe du monde. Le présent c'est la Coupe du monde, avec Raymond Domenech.