A l'assaut du monde

  • A
  • A
A l'assaut du monde
Partagez sur :

Emmenée par Florent Amodio, Brian Joubert et le couple Nathalie Péchalat-Fabian Bourzat, l'équipe de France de patinage artistique se présente avec de réelles chances de médailles aux championnats du monde, jusqu'au 1er mai à Moscou. Si l'encadrement tricolore espère une place dans le top 10 en couples et en individuel chez les dames, les messieurs peuvent viser deux breloques.

Emmenée par Florent Amodio, Brian Joubert et le couple Nathalie Péchalat-Fabian Bourzat, l'équipe de France de patinage artistique se présente avec de réelles chances de médailles aux championnats du monde, jusqu'au 1er mai à Moscou. Si l'encadrement tricolore espère une place dans le top 10 en couples et en individuel chez les dames, les messieurs peuvent viser deux breloques. Les Bleus partent à la conquête du titre mondial. Forts de leurs trois médailles - deux en or et une en argent - lors des derniers championnats d'Europe, en janvier en Suisse, les Français espèrent réaliser le même exploit dans les quatre catégories au programme des championnats du monde, jusqu'au 1er mai à Moscou. Une chose est sure, Brian Joubert et Florent Amodio visent à nouveau le doublé comme ils l'avaient réalisés trois mois plus tôt en Suisse. "Après ce que l'on a vécu lors des championnats d'Europe avec nos deux places sur le podium, c'était fantastique. Si on pouvait le faire au niveau mondial, ce serait mieux", expliquait ainsi Joubert dans une interview accordée à Sports.fr. De leur côté, les champions d'Europe de danse sur glace en titre, Nathalie Péchalat et Fabian Bourzat, voudront, eux aussi, décrocher le titre suprême. Trop loin des meilleurs mondiaux en couples et chez les dames, où Maé-Bérénice Meïté tentera d'accrocher le top 10 pour ses premiers Mondiaux, les Français pourront comptent uniquement sur leurs danseurs et le patinage masculin pour truster les podiums. Même si le champion d'Europe en titre, Florent Amodio, ainsi que le vice-champion, Brian Joubert, font office de favoris, ils devront toutefois se méfier du Canadien Patrick Chan et du Japonais Daisuke Takahashi dans cette lutte pour le titre mondial. Avec leur programme court, les hommes et les couples ouvriront mercredi le bal des Mondiaux, dans cette belle patinoire de Megasport à Moscou, en attendant le lendemain pour le libre de ces deux catégories. Vendredi et samedi laisseront place aux programmes courts et libres chez les dames mais surtout en danse sur glace, où Nathalie Péchalat et Fabian Bourzat abordent cette compétition avec de réelles chances de médaille. Joubert vise un 6e podium consécutif Après un début de saison délicat, Brian Joubert a retrouvé une certaine confiance après son titre de vice-champion d'Europe acquis en janvier en Suisse. Même si son genou gauche lui pose encore quelques soucis, le Poitevin sait qu'il devra réaliser une belle prestation s'il veut viser le podium. En tout cas, le Français prendra tous les risques avec un programme court plus technique qu'aux championnats d'Europe. Il devrait ainsi tenter deux quadruples sauts afin de prendre un ascendant psychologique sur ses principaux adversaires, dont le champion d'Europe en titre et membre de l'équipe de France, Florent Amodio: "Cela me fait du bien car on n'est plus focalisé uniquement sur moi. La pression redescend et cela me libère les épaules. D'un point de vue sportif, cela me booste. Je ne veux pas laisser ma place et même si j'apprécie Florent, je suis là pour le battre. La différence, c'est que j'ai plus d'expérience que lui." Mais Joubert tentera d'accrocher un sixième podium à son tableau de chasse. Depuis 2006, le Poitevin reste sur deux médailles d'argent (2006 et 2008), deux autres en bronze (2009 et 2010) et le titre mondial en 2007. Après sa 15e place l'an passé à Turin pour ses premiers Mondiaux, Florent Amodio reste un candidat sérieux pour le titre. Selon Brian Joubert, son inexpérience pourrait peut-être lui jouer des vilains tours ou au contraire le décomplexer: "Il a prouvé cette saison qu'il était un patineur constant car il a fait la finale des Grands Prix et il est champion d'Europe. Je pense qu'il a gagné la confiance des juges mais il faut voir comment il va gérer la pression sur un tel événement. C'est l'interrogation mais il n'a rien à perdre. Il a réellement ses chances sur ces Mondiaux." Maintenant, c'est aux Tricolores de démontrer que la France fait bien partie des meilleures nations du patinage mondial à moins de trois ans des Jeux olympiques de Sotchi.