A l'Angleterre, rien d'impossible

  • A
  • A
A l'Angleterre, rien d'impossible
@ REUTERS
Partagez sur :

EURO - L'Angleterre joue sa qualification pour les quarts de finale contre l'Ukraine, mardi soir.

Contre toute attente, les "Three Lions" sont toujours dans la course. A l'instar de l’équipe de France, les joueurs de Roy Hodgson ont remporté leur second match de groupe en prenant le dessus sur une décevante équipe de Suède (3-2). De bon augure pour la qualification, même s'il leur faut encore résister à des Ukrainiens pas encore éliminés.

Le mental et le talent

Et à y regarder de plus près, il n'y a pas eu de match entre l'Angleterre et la Suède. Face à des Vikings trop désorganisés pour être dangereux, et ne jouant que par à-coups, les "Three Lions" ont fait la différence par la puissance de leur bloc, puis par la vista de leurs individualités. Mais il aura tout de même fallu que les joueurs de Hodgson se fassent peur. S'appuyant, sans surprise, sur leurs qualités de contre et leur puissance dans les airs, les Anglais ont largement dominé le match, mais on tout de même trouvé le moyen de se mettre en danger.

Roy Carroll avait ouvert le score logiquement, mais Glen Johnson contre son camp, puis Olof Mellberg en puissance, ont fait vaciller la Tour de Londres. Il faudra une entrée tonitruante de Theo Walcott pour faire définitivement basculer le match du côté de la Couronne... anglaise. Le Gunner n'a mis que cinq minutes pour balancer un missile sol-air de 25 mètres et égaliser avant de délivrer une superbe passe décisive pour l'artiste Danny Welbeck. Finalement, le mental (beaucoup) et le talent (un peu) ont fait la différence.

Rooney, le retour

Hodgson et ses hommes sont donc en passe de remporter leur pari : tenir le cap grâce à une défense de fer en attendant le retour de leur arme offensive Wayne Rooney. Le Mancunien a désormais purgé ses matches de suspension et devrait reprendre sa place à la pointe de l'attaque anglaise. Voilà qui constitue un argument de poids face à des Ukrainiens qui pourraient, en cas de victoire, coiffer leurs adversaires au poteau dans l'accession aux quarts de finale. Les coéquipiers de Chevchentko seront bien sûr remontés après leur défaite face à la France (2-0), et le soutien de leur public sera incroyable. Mais il en faut sans doute plus pour impressionner les Lions anglais...

Hodgson dispose désormais d'une marge de manœuvre pour constituer son onze de départ. Il semble certains qu'Ashley Young sera associé à Rooney, son partenaire de club, mais peut-être côté gauche, pour permettre à Welbeck, buteur décisif contre la Suède, de garder sa place en attaque. Joueur clé du match 2, Walcott, un temps incertain à cause d'un tendon récalcitrant, sera bien présent sur la droite de l'attaque. On le voit, les "Three Lions" n'ont pas l'intention de laisser s'échapper leur seconde place, et ne se contenteront pas de défendre. Et qui sait, en cas de faux pas des Bleus, ils pourraient s'emparer de la première place qui leur permettrait d'éviter l'Espagne en quarts. Réponse ce soir du côté de Donetsk, contre l'Ukraine, à partir de 20h45.