A fond la Kroos !

  • A
  • A
A fond la Kroos !
Partagez sur :

Si l'Allemagne s'impatiente à l'idée de voir associer Mesut Özil et Mario Götze, Joachim Löw dispose d'une autre carte en la personne de Toni Kroos. Le milieu du Bayern Munich réalise un superbe début de saison, confirmant enfin les nombreuses attentes placées en lui. Après s'être imposé comme titulaire en Bavière, le meneur de jeu vise désormais une place dans le onze de la Mannschaft qui affronte l'Ukraine ce vendredi en match amical.

Si l'Allemagne s'impatiente à l'idée de voir associer Mesut Özil et Mario Götze, Joachim Löw dispose d'une autre carte en la personne de Toni Kroos. Le milieu du Bayern Munich réalise un superbe début de saison, confirmant enfin les nombreuses attentes placées en lui. Après s'être imposé comme titulaire en Bavière, le meneur de jeu vise désormais une place dans le onze de la Mannschaft qui affronte l'Ukraine ce vendredi en match amical. Joachim Löw est un homme comblé. Outre un parcours parfait en éliminatoires (dix victoires en autant de matches pour une qualification express), le sélectionneur allemand dispose désormais d'un collectif bien huilé où les jeunes pousses d'hier (comme Neuer, Özil ou Muller) ont su confirmer leur flamboyante Coupe du monde pour épauler les cadres que sont devenus Klose, Lahm ou Schweinsteiger. Au sein de ce groupe, d'ores et déjà annoncé comme l'un des favoris du prochain Euro, le poste de milieu offensif axial, clé de voute du dispositif en 4-2-3-1 de Löw, attire de nombreuses convoitises. Parmi elles, celle d'enfin voir Özil et Götze associés, la perle de Dortmund prenant le couloir droit, fait saliver tout le pays avant ce match amical contre l'Ukraine. Confronté à de nombreuses absences, Joachim Löw devrait satisfaire son public ce vendredi, les alignant d'entrée derrière la machine à buts Gomez, qui tentera de montrer de nouveau qu'il peut avoir la même efficacité sous le maillot de la Mannschaft que sous la tunique du Bayern. Au grand dam de Toni Kroos, conscient de la concurrence mais auteur de dernières prestations de grande classe avec la sélection. Le retour de blessure d'Özil le relègue en effet sur le banc après avoir parfaitement assuré l'intérim, concluant la victoire face au Brésil (3-2) de deux passes décisives avant de marquer son premier but en sélection face à la Pologne (1-1). Sa polyvalence pourrait le servir... comme Schweinsteiger Atout de plus dans la manche du Munichois, sa polyvalence pourrait le servir alors que Löw hésite à tester un 4-4-2 associant Gomez à Klose pour forcer le verrou de formations plus regroupées. Or, Kroos a déjà démontré toute son aisance à un poste plus reculé, causant quelques inquiétudes à Khedira, soudain sous la menace. "Kroos a certainement très bien joué mais j'ai servi l'équipe toutes ces dernières années. Je veux être traité de manière équitable", avait jugé en octobre le milieu madrilène. Une sorte de statut à respecter que Löw avait balayé d'un revers : "Tout le monde peut renforcer sa position. Les grandes équipes ont toutes de la concurrence, et ce à tous les postes." Kroos lui se tait et fait son trou en silence. Mis en confiance par l'arrivée de Jupp Heynckes à Munich, celui qui l'avait relancé lors d'un prêt fructueux à Leverkusen il y a deux saisons, l'ancien prodige de Karlsruhe rêve d'Euro que ce soit en numéro 10 ou en milieu axial relanceur. L'exemple de Schweinsteiger, reculé d'un cran pour finalement s'imposer comme l'un des patrons de l'équipe, est en effet des plus parlants. Après avoir mis tant d'années à assumer son statut de prodige (meilleur joueur du Mondial U17 en 2007) né d'un transfert record au Bayern Munich à 16 ans tout juste, Kroos ne demande plus qu'à jouer. Pour enfin briller et montrer qu'il a lui aussi toute sa place en équipe nationale aux côtés de ceux qui lui ont succédé dans le coeur du grand public, les nouvelles stars Götze et Özil.