A double détente

  • A
  • A
A double détente
Partagez sur :

Parfum de doublé ce samedi, sur la pelouse du Millennium Stadium, à Cardiff, où la 16e finale de la H Cup oppose les Irlandais du Leinster, lauréats du trophée en 2009, aux Anglais de Northampton de retour à ce stade de la compétition pour la première fois depuis 2000 et le premier sacre des Saints. Un choc sans club français, mais une affiche superbe arbitrée par un certain Romain Poite.

Parfum de doublé ce samedi, sur la pelouse du Millennium Stadium, à Cardiff, où la 16e finale de la H Cup oppose les Irlandais du Leinster, lauréats du trophée en 2009, aux Anglais de Northampton de retour à ce stade de la compétition pour la première fois depuis 2000 et le premier sacre des Saints. Un choc sans club français, mais une affiche superbe arbitrée par un certain Romain Poite. Consolons-nous. Un an après le feu d'artifice franco-français de la finale Toulouse-Biarritz au Stade de France, les clubs du Top 14, pourtant les plus représentés au coup d'envoi de cette seizième édition (7), puis encore en majorité au stade des quarts de finale (4), auront beau briller samedi, au Millennium de Cardiff, par leur absence, notre rugby hexagonal sera au rendez-vous de cette finale. N'en déplaise à Sébastien Chabal, l'arbitrage français tient sa reconnaissance et Romain Poite, avant d'officier lors de la prochaine Coupe du monde, aura l'honneur d'arbitrer sa première finale de H Cup. Le sifflet du Comité Midi-Pyrénées pour une affiche explosive entre les deux incontestables meilleures équipes européennes de la saison. Le Leinster opposé à Northampton, un match Irlande-Angleterre pour la quatrième fois dans l'histoire de la compétition, qui fera rentrer le vainqueur dans un cercle très fermé des ténors du continent à avoir soulevé le trophée plus d'une fois: Toulouse (4), Leicester, Munster et Wasps (2).Si la province irlandaise, sacrée en 2009 sous les ordres de Michael Cheika, a l'occasion de remporter sa deuxième finale en trois ans, les Saints, en passe de devenir la première équipe en seize éditions victorieuse de ses neuf matches, auront attendu une décennie avant de renouer avec ce passé riche du premier titre du millénaire (2000). Une finale pour l'histoire, comme l'arrière du XV de la Rose et de Northampton, l'insaisissable Ben Foden, le mesure sur le site de l'ERC: "Cette finale est absolument colossale pour les Saints, en fait il n'y a pas plus grand comme enjeu lorsque vous jouez pour votre club. Nous savons tous que la H Cup équivaut à la Champions League en football et être couronnés champions d'Europe est un immense honneur." Schmidt: "Il faudra des doses de colle, de sparadrap et autres pansements" Une finale à l'heure du doublé. Comme celui que le Leinster, à la différence de son adversaire, éliminé le week-end dernier en demi-finales de la Premiership par Leicester, vise également cette saison avec la conquête d'une nouvelle Ligue Celte, dont Brian O'Driscoll et ses coéquipiers disputeront la finale la semaine prochaine face aux rivaux du Munster. Ce fantasme du doublé Coupe d'Europe-Championnat, inatteignable en France, mais à portée de main des "Blue-boys" de Joe Schmidt, qui prenait le week-end dernier, à l'issue de la victoire sur l'Ulster (18-3), qualifié de "derby destructeur" des accents à la Novès après que cinq de ses joueurs, dont O'Driscoll (qui restait ces dernières heures toujours incertain pour Cardiff), sont sortis sur blessure. Le week-end prochain un match colossal nous attend et la fin de la saison s'annonce très éprouvante, s'inquiétait l'ancien adjoint de Vern Cotter à Clermont, cité par l'ERC. Si nous parvenons en finale de la H Cup en bonne forme, et si nous nous en sortons, il faudra des doses de colle, de sparadrap et autres pansements pour former une équipe qui tienne pour le dernier match." Northampton n'est pas en reste avec le forfait de la révélation de la saison outre Manche, sacrée meilleur joueur du championnat anglais, le flanker international Tom Wood, véritable pièce maîtresse au sein du pack des Saints. Ce terrible paquet d'avants, emmené par le colossal pilier Tonga'uiha (1,95m, 147kg), bourreau de l'Usap en demi-finales, et sa première ligne de fer prête à relever le défi d'une province irlandaise, aujourd'hui bien pourvue dans ce domaine, comme l'ont prouvé ces performances face à Leicester et Toulouse aux tours précédents. "Ils possèdent également un pack imposant et physique, mais vu la manière avec laquelle nos joueurs ont couru sur le pré récemment, nous avons bon espoir de trouver des espaces, confirme avec malice Foden, membre d'un triangle offensif tout aussi dangereux au côté notamment de l'ailier Chris Ashton. Auquel répondra l'axe majeur 10-12-13 des lignes arrières du Leinster: Sexton-O'Driscoll-D'Arcy. Du talent aux quatre coins de la pelouse du Millennium et un avantage supposé en faveur d'un Leinster a priori plus expérimenté que le capitaine de la formation de Dublin, Leo Cullen, du haut de ses deux finales disputées (Leicester, 2007 ; Leinster, 2009) , bat en brèche: "J'ai stressé toute la semaine à propos de ce match, avoue le joueur de 33 ans. "J'ai beau être un peu plus vieux et plus expérimenté, je ne suis certainement pas plus décontracté pour autant. Il s'agit de ma troisième finale et j'en ai remporté une sur les deux, donc j'ai pu connaître deux types d'émotions. Mais même avec du recul, je n'ai toujours pas appris à gérer le stress." Une finale reste un match à part.