A déguster bouillant

  • A
  • A
A déguster bouillant
@ Reuters
Partagez sur :

NBA - Celtics et Lakers débutent leur finale cette nuit.

NBA - Celtics et Lakers débutent leur finale cette nuit.La dynamiqueSi l'on avait dû poser une petite pièce sur la présence des Celtics en finale, en début de saison, pas sûr que les fonds auraient afflué du côté du Massachussetts. Mais, en bon vieux renard, le joueur de Boston préfère laisser à ses jeunes camarades la domination de la cour de récré qu'est la saison régulière. Handicapé par les blessures après Noël, les C's ont préféré attendre leur heure pour surgir de leur tanière lors des playoffs, renvoyant à leur études le Heat, les Cavaliers de "King James", avant de finir par le Magic. Un parcours beaucoup moins linéaire que les Lakers, tenants du titre, qui ont tranquillement géré leur saison, dominant autant les 82 premiers matches que les rencontres au couteau de la post-season. Le duel Gasol-GarnettC'est l'une des clés de la rencontre. Pour mesurer l'impact de Kevin Garnett, il suffit d'observer le comportement de son équipe l'an passé en playoffs, durant lesquels le "Big Ticket" n'aura fait que bouillonner en costume, pour voir les siens se faire sortir par la joyeuse bande du Magic. Cette saison, "K.G." est de retour, et Boston se retrouve donc en finale face à ses meilleurs ennemis de la baie des Anges. Et s'il y en a un qui attend cette rencontre avec impatience, c'est bien Pau Gasol. Martyrisé par les mots et les coudes qui traînent de Garnett en 2008, l'intérieur espagnol avait été montré du doigt après la défaite des Lakers, pour son manque de dureté. Cela fait désormais deux ans que le pivot catalan garde sa rancoeur dans un coin de sa tête, prêt à faire ressortir sa rage pour prendre une revanche éclatante et prouver qu'on ne lui marche pas sur les sneakers comme cela.Ron ArtestOn ne présente plus la défense on ne peut plus huilée mise en place par Doc Rivers. Cette dernière a broyé sans sourciller le Magic, en finale de conférence, mettant au grand jour le vide du jeu offensif des Floridiens. Inutile donc de préciser que les barbelés verts seront leur atout numéro un. Mais, cette fois, les Lakers n'auront pas forcément grand-chose à leur envier, puisque Ron Artest est venu garnir les rangs des Angelinos. Réputé ingérable, "Ron Ron" a su se fondre dans le collectif mis en place par le "Zen Master", Phil Jackson, malgré une grosse saute de concentration lors du match 5 face aux Suns. Ce dernier aura donc pour mission de jouer les chiens de garde de Paul Pierce, pour stopper celui qui avait été élu MVP des Finals, lors de la victoire des Celtics, il y a deux ans, avec 21,8 points, 6,3 passes et 4,5 rebonds.Kobe Bryant Le "Black Mamba" prépare sa morsure. Alors qu'il avait quitté le Garden sous les sifflets et les cailloux, il y a deux ans, sûr que, comme Pau Gasol, Kobe Bryant rumine sa vengeance. Meilleur joueur de la ligue, même s'il a laissé à LeBron James le titre de MVP, l'arrière californien est un compétiteur né, qui n'aime rien de plus que l'odeur du sang, quand les tensions sont exacerbées et les enjeux démultipliés. Délesté de James Posey, son plus fidèle garde du corps il y a deux ans, "KB24" devrait avoir les coudées franches pour agir à sa guise, tout en considérant qu'il devra lui-même défendre sur la menace Rajon Rondo, que Derek Fisher aura sûrement du mal à contrôler.Le banc et les blessuresFin de saison oblige, les corps sont meurtris, et les rotations vont prendre toute leur importance durant cette finale. Chez les Lakers, le genou d'Andrew Bynum cristallise toutes les inquiétudes alors que le banc de Phil Jackson semble un peu plus limité que celui de son adversaire. C'est d'ailleurs sur ce point que les Celtics avaient fait la différence en 2008, Leon Powe, Eddy House ou P.J. Brown étant sortis avec bonheur du chapeau de Doc Rivers. Cette année, c'est le sulfureux Rasheed Wallace qui joue les têtes de gondole, devant Nate Robinson, Glen Davis ou Tony Allen. Côté impondérables, le dos de Rajon Rondo et les fautes techniques de Kendrick Perkins (suspendu à la prochaine incartade), peuvent causer quelques soucis aux supporters.