A Caen, le temps presse

  • A
  • A
A Caen, le temps presse
Partagez sur :

En plus de plonger les Normands dans la zone rouge, la défaite concédée à Sochaux (3-2) le week-end dernier a laissé pas mal de regrets au Stade Malherbe de Caen. Les hommes de Franck Dumas se doivent pourtant de rebondir, et d'engranger un maximum de points, dès dimanche face à Toulouse, pour éviter une fin de championnat compliquée. D'autant que leur calendrier est corsé...

En plus de plonger les Normands dans la zone rouge, la défaite concédée à Sochaux (3-2) le week-end dernier a laissé pas mal de regrets au Stade Malherbe de Caen. Les hommes de Franck Dumas se doivent pourtant de rebondir, et d'engranger un maximum de points, dès dimanche face à Toulouse, pour éviter une fin de championnat compliquée. D'autant que leur calendrier est corsé... A Caen, les compteurs sont au rouge avant de recevoir le club de la Ville Rose. Défaits lors de leurs trois dernières sorties, à Lille (3-1), contre le PSG (1-2), puis à Sochaux (3-2), les Normands ont fait leur retour dans la zone des relégables, pour la première fois depuis le 22 janvier dernier, au soir d'une défaite à Lens (2-0). Rien de catastrophique au niveau comptable, puisque Malherbe, 18e, compte autant de points que Monaco (17e), mais cette équipe caennaise a un petit côté "crispant", pour reprendre le terme d'un ancien de D'Ornano, Xavier Gravelaine, qui fait d'elle un candidat sérieux à la Ligue 2. Le problème, c'est que les coéquipiers de Nicolas Seube sont incapables de capitaliser sur leurs performances sur le terrain. En gros, de prendre les points là où ils devraient les prendre. En Normandie, on se demande comment Caen a fait pour ne pas ramener plus de points de ses visites à Nancy (2-0), ou à Sochaux (3-2) la semaine dernière. "J'ai les glandes pour Caen car ils ne méritent pas de perdre. C'est notre plus mauvais match de la saison à Bonal", avouera-même Francis Gillot après la rencontre. Plus concrètement, Franck Dumas regrettera lui les "trois buts encaissés sur trois erreurs individuelles. Les joueurs font preuve de bonne volonté mais il faut faire davantage au niveau de l'exigence, de la performance. C'est rageant parce qu'on était compétitif." La chance de Mbaye Niang "C'est chiant parce qu'on répète les mêmes erreurs à chaque match, renchérit Morel, interrogé par Ouest-France. Il y avait encore la possibilité de ramener un bon résultat." Comment corriger le tir, alors ? Cette semaine, la presse locale pointait du doigt les défaillances de certains cadres, victimes de pépins physiques, ou simplement pas aux niveaux escomptés. Sont cloués au pilori Seube, Tafforeau, Proment, Sorbon, Leca, Nivet... Coïncidence ou non, Dumas a décidé d'injecter du sang frais pour la réception de Toulouse, dimanche, en conviant le prometteur Mbaye Niang, 16 ans seulement, et auteur de 5 buts cette saison avec la réserve normande. Ce match face au TFC sera d'ailleurs le premier d'une série de trois rencontres capitales en vue du maintien. Après Toulouse, Caen ira à Nice et recevra Lens, soit trois concurrents directs. Viendra ensuite le temps de se frotter aux gros calibres, puisque les Normands termineront leur championnat en défiant successivement Rennes, Montpellier, Lyon et Marseille ! Pour se donner du baume au coeur, les hommes de Franck Dumas pourront se rappeler qu'ils avaient pris 10 points sur 12 possibles face à ce quatuor en début de saison. Mais à l'époque, Caen était sur une toute autre dynamique...