2012, c'est déjà demain

  • A
  • A
2012, c'est déjà demain
Partagez sur :

A l'approche d'un Grand Prix du Japon qui devrait aboutir ce week-end au sacre de Sebastian Vettel, en attendant celui du team Red Bull, l'heure est déjà aux effets d'annonce en vue de la saison 2012. Le cheval cabré et le taureau rouge promettent monts et merveilles technologiques. Et chez McLaren, on assure ses arrières, avec la prolongation de contrat de Jenson Button.

A l'approche d'un Grand Prix du Japon qui devrait aboutir ce week-end au sacre de Sebastian Vettel, en attendant celui du team Red Bull, l'heure est déjà aux effets d'annonce en vue de la saison 2012. Le cheval cabré et le taureau rouge promettent monts et merveilles technologiques. Et chez McLaren, on assure ses arrières, avec la prolongation de contrat de Jenson Button. Le doublé, c'est ce qui pend au nez de Red Bull cette année encore. Si le sacre de Sebastian Vettel, suspendu à l'obtention d'un petit point sur les cinq derniers Grands Prix de la saison, semble d'ores et déjà acquis, l'avance du taureau rouge au classement des constructeurs (491 points contre 353 en faveur de McLaren, 268 pour Ferrari) est telle qu'un putsch paraît aujourd'hui improbable. A tel point que la concurrence est déjà tournée vers la saison prochaine. Chez Ferrari, on a depuis longtemps fait le deuil de ce championnat 2011, compromis d'entrée malgré les miracles réalisés par Fernando Alonso. Aussi promet-on depuis plusieurs mois déjà une révolution du côté de Maranello. "La Ferrari de 2012 sera plus agressive que la 150° Italia", martèle Stefano Domenicali. Nikolas Tombazis, le chef designer, confirme le changement, relayé par AUTOhebdo: "Visuellement, la nouvelle monoplace est clairement différente de sa grande soeur. Si cela est évident, j'espère qu'il en sera de même au niveau des résultats. Nos objectifs sont ambitieux. Je suis optimiste." Et l'intéressé d'avouer: "Nous sommes pile au milieu du développement des éléments aérodynamiques. J'espère que les résultats parleront d'eux-mêmes quand nous la dévoilerons et plus encore lors des premières courses. Une approche plus agressive est le principal résultat des analyses des défaites subies ces dernières saisons. Nous avons réalisé que nous étions trop conservateurs. De cela a découlé une approche plus agressive sur l'aéro avant de l'auto. Cela pourrait compliquer la tâche en ce qui concerne les autres aspects de la voiture, mais laisse plus de place au développement aérodynamique." McLaren mise sur Button Moins d'acquis, moins de certitudes, plus d'audace, le menu rouge, mûri depuis de longs mois, promet. Mais la confiance règne chez le tenant et probable futur champion sortant. "La RB8 de l'an prochain va surprendre tout le monde", souffle Adrian Newey dans les pages du quotidien finlandais Turun Sanomat. "Tout ce que nous avons appris cette année sera utilisé sur la nouvelle voiture. Nous voulons retrouver notre position de leader dès la première course la saison prochaine", ajoute Helmut Marko sur l'antenne de Servus TV. La fin des diffuseurs soufflés obligeant il est vrai les écuries à revoir leurs plans en profondeur. Troisième force du plateau cette année - deuxième d'un point de vue hiérarchique - McLaren n'a pas encore pris part à cette bataille de l'intox, mais pourra compter l'an prochain sur les services de Sam Michael, l'ex directeur technique du team Williams. En attendant de trouver un accord avec un Lewis Hamilton dont le contrat expirera dans un an, l'équipe de Woking s'est assuré un autre atout: la loyauté pour "plusieurs saisons" de Jenson Button. "Je ne me suis jamais senti autant chez moi dans une écurie que chez McLaren, dixit le champion du monde 2009 J'ai gagné quatre de mes plus belles courses ici, je suis deuxième au championnat du monde des pilotes, et j'ai le sentiment de mieux conduire que jamais." Une prolongation qui fait l'unanimité chez McLaren. "Jenson est un collègue fantastique et un authentique coéquipier", confesse Lewis Hamilton. "C'est l'un des pilotes les plus compétents et les plus respectés que nous ayons jamais eus", conclut Martin Whitmarsh. En espérant que les débuts soient un peu plus disputés la saison prochaine...