2011, des tops et des flops

  • A
  • A
2011, des tops et des flops
Partagez sur :

La saison 2011 a été marquée par la suprématie de Novak Djokovic chez les messieurs et par une hiérarchie difficile à lire chez les dames. A l'heure des bilans, certains joueurs ont beaucoup progressé, comme Juan Martin Del Potro et Sabine Lisicki. D'autres, pour diverses raisons, se sont écroulés, comme Thiemo De Bakker et Venus Williams. Voici les tops et les flops de l'année.

La saison 2011 a été marquée par la suprématie de Novak Djokovic chez les messieurs et par une hiérarchie difficile à lire chez les dames. A l'heure des bilans, certains joueurs ont beaucoup progressé, comme Juan Martin Del Potro et Sabine Lisicki. D'autres, pour diverses raisons, se sont écroulés, comme Thiemo De Bakker et Venus Williams. Voici les tops et les flops de l'année. Del Potro, le retour de la Tour de Tandil Après une saison quasiment blanche en 2010 en raison d'une vilaine blessure au poignet, Juan Martin Del Potro était de retour aux affaires cette année. Et pas qu'un peu. L'Argentin, 259e en janvier, a terminé l'année à la onzième place mondiale, soit un bond phénoménal de 248 places, la meilleure progression sur le circuit ATP en 2011. Le vainqueur de l'US Open 2009 a refait parler de lui dès le mois de février avec un titre à Delray Beach et une demie à Indian Wells notamment. Vainqueur à Estoril, il a aussi joué la finale à Vienne et en Coupe Davis contre l'Espagne. Attention donc à la Tour de Tandil en 2012. Parmi les autres fortes progressions de la saison, à noter celles de Milos Raonic (31e), qui a gagné 125 places, et de Kei Nishikori (25e, +73). Lisicki, la nouvelle bombe allemande Révélée en 2009 avec un quart de finale à Wimbledon, Sabine Lisicki a une nouvelle fois brillé à Londres en atteignant le dernier carré, sa meilleure performance en Grand Chelem. Le milieu de saison représente d'ailleurs un tournant dans la carrière de l'Allemande, titrée à Birmingham en juin, avant de s'imposer à Dallas en août. Sa progression a donc suivi une courbe exponentielle, avec un bond de 160 places au classement WTA pour terminer la saison 2011 au quinzième rang mondial. Petra Kvitova a elle aussi sérieusement grimpé. La Tchèque (2e), peut-être la prochaine n°1 mondiale, a gagné 32 places et s'est installée juste derrière Caroline Wozniacki. A suivre également la relève américaine incarnée par Christina McHale, 19 ans, qui pointe à la 40e place après avoir commencé la saison au 115e rang à la WTA. De Bakker, sur la pente glissante Parmi les révélations de la saison 2010, Thiemo De Bakker a complètement disparu des écrans radar en 2011. La faute à des douleurs dorsales qui ont plombé son année et l'ont obligé à stopper les frais après l'US Open. Au total, le Néerlandais de 23 ans a joué treize matches et n'en a remporté que deux sur le circuit principal. Résultat, une chute vertigineuse au classement ATP, avec 179 places perdues pour achever la saison à la 223e place mondiale. Belle dégringolade également pour Andrey Golubev, 36e fin 2010 et aujourd'hui 147e. Sam Querrey, pas épargné par les blessures, a logiquement chuté pour se maintenir tout juste dans le top 100 (93e). Jérémy Chardy, lui, en est sorti (103e) alors qu'il pointait à la 45e place il y a un an. Venus s'est éclipsée Saison difficile pour les soeurs Williams, surtout pour l'aînée Venus, qui n'a disputé que quatre tournois en 2011, trois épreuves du Grand Chelem (Open d'Australie, Wimbledon et US Open) et Eastbourne. Victime de fatigue récurrente, elle a consulté des médecins qui ont diagnostiqué le syndrome de Sjögren, une maladie auto-immune rare, dont les principaux symptômes sont de la fatigue et des douleurs articulaires, avec laquelle la Californienne va devoir composer pour le restant de ses jours. Quatrième au début de l'année, l'Américaine pointe désormais 99 places plus loin. Mais elle travaille dur depuis plusieurs semaines pour revenir en condition sur le circuit. Parmi les autres défaillances les plus marquantes de la saison, Aravane Rezaï est sortie du top 100, alors qu'elle était 19e en janvier. Minée par des problèmes personnels, la Française n'a toujours pas retrouvé les clés de son jeu, surtout au niveau mental.