Anthony Martial, des Ulis à Manchester United : si vite, si fort et si cher

  • A
  • A
Anthony Martial, des Ulis à Manchester United : si vite, si fort et si cher
@ VALERY HACHE / AFP
Partagez sur :

Manchester United a annoncé mardi la signature de l'attaquant français de 19 ans pour quatre saisons. Le montant du transfert pourrait atteindre les 80 millions d'euros. Il deviendrait alors le transfert le plus cher de l’histoire du football français.

Il devrait effacer Zinedine Zidane des livres d’Histoire. Et à 19 ans seulement, excusez du peu. En signant à Manchester United pour près de 80 millions d’euros (bonus compris), Anthony Martial pourrait devenir le joueur le plus cher du football français devant Zizou, transféré de la Juventus au Real Madrid pour 75 millions d’euros "seulement", en 2001. Portrait d’un joueur aussi talentueux que pressé.

Premier contrat pro à 16 ans. Tout est toujours allé très vite pour Anthony Martial. Après avoir grandi en banlieue parisienne, aux Ulis, où il a tapé ses premiers ballons – comme un certain Thierry Henry, à qui il est aujourd’hui comparé -, le jeune prodige est repéré par l’Olympique lyonnais, qu’il rejoint à 14 ans seulement. Il ne lui faudra que… deux ans pour signer son premier contrat professionnel. "C’est un rêve qui se réalise, j’ai beaucoup travaillé pour cela. Je vais tout faire maintenant pour m’imposer au plus haut niveau. Ce contrat est une marque de confiance du club et je vais tout faire pour l’honorer", affirmait-il alors. Pourtant, après trois bouts de matchs sous le maillot de l’OL, Anthony Martial tire sa révérence. A contre cœur.

martial

Lyon, le départ forcé. Eté 2013, Lyon a besoin d’argent. Jean-Michel Aulas, son président, fait tout pour pousser Bafétimbi Gomis vers la sortie. L’ancien Stéphanois s’y refuse. Le 30 juin, l’OL doit passer son grand oral devant la Direction nationale de contrôle et de gestion, le gendarme du football français. Pris par le temps et inquiet à l’idée de voir son club surveillé de près, Jean-Michel Aulas cède alors son petit prodige à l’AS Monaco pour cinq millions d’euros. Au club, les éducateurs - pour qui Anthony Martial est le meilleur joueur passé par le centre de formation depuis un certain Karim Benzema – enragent. Les supporters encore plus. Mais l’OL n’avait pas le choix. Anthony Martial, qui ne voulait pas partir, ne l’a pas eu non plus.

Conscient qu’il se déleste, contraint et forcé, d’un diamant brut, le président lyonnais inclut dans le contrat avec l’AS Monaco un pourcentage de 20% sur une éventuelle revente du joueur dans les années à venir. Une riche idée. Aujourd’hui, il s’apprête à déboucher le champagne avec le comptable du club…

"Martial, c'est trop tôt pour qu'il parte". A Monaco, Anthony Martial prend d’abord son mal en patience. Il attend le 2 décembre 2013 pour connaître sa première titularisation. Et il marque ! Le début d’une ascension fulgurante. La saison 2014-2015 est celle de l’éclosion. Auteur de 9 buts en 35 matchs, le jeune homme de 18 ans se permet le luxe d’envoyer sur le banc le Bulgare Dimitar Berbatov, au CV long comme le bras.  La direction monégasque, qui a mis au placard sa stratégie d’achat dispendieux, prend conscience que son attaquant risque d’être très sollicité lors de l’intersaison. Alors les barbelés sont posés, son contrat prolongé et son salaire augmenté : "Martial, c'est trop tôt pour qu'il parte. Il commence juste à s'intégrer", tranche Vadim Vasilyev, le vice-président de l'ASM, dans L’Equipe.

toto

La saison 2015-2016 commence donc avec un Anthony Martial en fer de lance offensif de l’AS Monaco. Les premières journées rappellent à tous ses qualités : vitesse, technique et sens du but. Didier Deschamps ne dit pas le contraire, lui qui le convoque pour la première fois en équipe de France. Louis Van Gaal est lui aussi sous le charme. En manque d’attaquant, l’entraîneur de Manchester United, qui a un temps rêvé d’attirer Karim Benzema, jette son dévolu sur le joueur formé à l’OL. "Intransférable", répond la direction de Monaco. Quelques heures plus tard, Anthony Martial obtient l’autorisation de quitter le stage des Bleus pour aller signer à Manchester United. Pour 80 millions d’euros. La Ligue 1 perd un de ses joueurs les plus spectaculaires. Et le marché du football démontre une fois de plus qu’il marche sur la tête.