Affaire Cristiano Ronaldo - Moscovici : les footballeurs "n'ont pas besoin de gagner plus"

  • A
  • A
Affaire Cristiano Ronaldo - Moscovici : les footballeurs "n'ont pas besoin de gagner plus"
Pierre Moscovici a estimé que les footballeurs n'avaient "pas besoin de gagner plus".@ HERBERT NEUBAUER / APA / AFP
Partagez sur :

Le commissaire européen aux Affaires économiques s'est dit admirateur de Ronaldo, tout en désavouant des "montages fiscaux approximatifs".

Le commissaire européen aux Affaires économiques, le Français Pierre Moscovici, a dénoncé jeudi à Madrid les montages fiscaux "approximatifs" auxquels auraient recours les footballeurs, en pleine affaire Cristiano Ronaldo.

Initiative contre l'optimisation fiscale. Lors d'un déjeuner dans la capitale espagnole, il a dit être "un grand supporter du Real Madrid" et "un immense admirateur de Ronaldo", qui est convoqué par la justice espagnole le 31 juillet pour être entendu à propos d'une fraude fiscale présumée de 14,7 millions d'euros. "Mais enfin, tous ces footballeurs, qui gagnent énormément d'argent grâce à leur talent, n'ont pas besoin d'en gagner plus avec des montages fiscaux qui sont approximatifs, si cela se vérifie", a ajouté le Français. Il a rappelé que la Commission européenne avait annoncé mercredi une initiative légale contre "l'optimisation fiscale", c'est-à-dire le fait de profiter de vides ou de flous juridiques pour payer moins d'impôts. Il s'agit, selon ses mots, d'"obliger les conseillers fiscaux, les banques, les avocats, à déclarer au fisc les montages qu'ils proposent à leurs clients pour limiter le montant de l'impôt". L'objectif est de garantir "la transparence" des intermédiaires qui participent à de grandes opérations financières.

Revenus liés aux droits à l'image. La Commission ne vise pas spécifiquement les sportifs, mais en Espagne, les ennuis judiciaires de stars du football pour des fraudes fiscales présumées sur les revenus liés à leurs droits à l'image ont récemment fait la Une des médias. L'attaquant portugais du Real Madrid Cristiano Ronaldo est concerné, tout comme son rival argentin du FC Barcelone Lionel Messi, condamné en 2016 à 21 mois de prison et 2,1 millions d'euros d'amende pour avoir dissimulé au fisc des revenus liés à ses droits à l'image à travers des montages de sociétés-écran. Les peines inférieures à deux ans ne sont en principe pas exécutées en Espagne, et il a donc échappé à une incarcération.

Le puissant agent de Cristiano Ronaldo, le Portugais Jorge Mendes, sera entendu par un juge espagnol le 27 juin en qualité de mis en examen dans l'affaire concernant Radamel Falcao, l'attaquant colombien de l'AS Monaco, soupçonné d'avoir dissimulé au fisc 5,6 millions d'euros de droits à l'image lorsqu'il jouait à l'Atletico de Madrid en 2012 et 2013.