A Strasbourg, "après la descente aux enfers, on est au paradis"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le club a été sacré champion de France de Ligue 2 vendredi soir. Un retour en force après le dépôt de bilan en 2011, qui provoque la joie des supporters.

"Un seul amour et pour toujours, Racing Club de Strasbourg". Le stade de la Meinau et les 27.000 supporters du Racing ont chaviré vendredi soir pour le sacre de leur club. Après sa victoire 2/1 contre Bourg-en-Bresse, le club alsacien arrache en effet le titre de champion de France de Ligue 2. Et pour les supporters, cette victoire et synonyme de retour parmi l'élite l'année prochaine. Une formidable ascension depuis le dépôt de bilan du RCS en 2011.

"On a remonté la pente". Après la quatre-vingt-dixième minute, tout le monde hurle dans les tribunes strasbourgeoises. Les feux d'artifice se reflètent dans les yeux humides de Jackie. Lui est calme, il savoure et pense à ce jour d'août 2011 où son club avait déposé le bilan et où il avait craint de perdre le Racing. "On a remonté la pente. Après la descente aux enfers, on est au paradis. On n’a pas abandonné et aujourd'hui le résultat est là", raconte-t-il. "En six ans, on est monté de CFA en Ligue 1, on peut peut-être envisager de jouer la Champions Ligue dans quatre ans", se met-il à rêver, en se rappelant qu'il y a quatre ans, Monaco était lui aussi sacré champion de Ligue 2 et qu'il est désormais champion de France.

Keller, président adoré. Dans les tribunes, les soutiens sur RC Strasbourg ont aussi un mot pour Marc Keller, ex-joueur du Racing et désormais président adoré du club. "Merci beaucoup à Keller d'être revenu et d'avoir fait vivre ce club. Il nous a aimé, il a joué chez nous, il a tout fait chez nous et maintenant il est revenu et là on revit la Ligue 1. On est reparti et là ça va chier", prévient un supporter. Et désormais que le club en a terminé avec les déplacements dans les stades champêtres de Vesoul, Sarre-Union ou Forbach, les supporters brûlent de retrouver le Parc des Princes, Saint-Etienne ou le stade Vélodrome.