Prison ferme pour trois membres du réseau Hamidovic

  • A
  • A
Prison ferme pour trois membres du réseau Hamidovic
@ MAXPPP
Partagez sur :

Ces trois membres présumés d'une branche du "réseau Hamidovic" étaient accusés d'exploiter et contraindre des jeunes mineures à voler dans le métro parisien.

Des peines de 4 à 7 ans de prison ferme ont été prononcées jeudi à l'encontre de trois membres présumés d'une branche du "réseau Hamidovic" accusés d'exploiter et contraindre des jeunes mineures à voler dans le métro parisien. Ce procès devant le tribunal correctionnel de Paris concernait une ramification du clan, qui selon l'accusation avait repris les activités du réseau après l'arrestation en 2010 de son chef, Féhim Hamidovic. Ce dernier avait été jugé avec une vingtaine d'autres personnes dans un premier dossier, pour lequel il avait été condamné à 12 ans de prison.

>> LIRE AUSSI - Le chef du clan Hamidovic condamné

Sept ans pour la tête branche. Dans ce volet, jugé le 10 octobre, les vols commis dans le métro parisien ont rapporté, sur un peu plus de deux mois, 150.000 à 200.000 euros, selon une estimation de la police. La peine la plus lourde, 7 ans de prison assortie d'une peine de sûreté des deux-tiers, de 75.000 euros d'amende, d'une interdiction définitive du territoire français et d'un mandat d'arrêt, a été prononcée contre Zurha Hamidovic, en fuite, qui est la belle-soeur de Féhim. Elle est présentée comme une chef du clan dans ce dossier, tout comme Mehmet Hamidovic. Le cas de ce dernier a été disjoint. Il sera jugé le 19 mars 2015 devant la 16e chambre du tribunal correctionnel.

>> LIRE AUSSI - éseau Hamidovic : voleuses et  victimes

Le tribunal a également condamné le fils de Zurha, connu sous le nom d'Aldo Hamidovic, à une peine de 6 ans de prison, assortie d'une période de sûreté des deux tiers, de 50.000 euros d'amende et d'une interdiction du territoire français. Il était présenté par la procureur comme un "chef de clan opérationnel". Enfin, le tribunal a prononcé une peine de 4 ans de prison, 20.000 euros d'amende et une interdiction définitive du territoire, à l'encontre de Djemal Cizmic, accusé d'avoir joué un rôle de "collecteur" dans cette affaire.

>> LIRE AUSSI - Le gang des "voleuses du métro" jugé