Vol dérouté : Air France envisage des recours contre les Etats-Unis

  • A
  • A
Vol dérouté : Air France envisage des recours contre les Etats-Unis
Partagez sur :

Après avoir dû modifier le parcours d’un vol Paris-Mexico à la demande des Etats-Unis, en raison de la présence à bord d’un passager interdit de survol du territoire américain, la compagnie aérienne envisage des poursuites judiciaires.

Un avion d’Air France reliant Paris à Mexico a été sommé de se dérouter, vendredi 18 avril, à la demande des Etats-Unis, alors qu’il s’approchait de l’espace aérien américain. Raison de cette consigne : l’un des passagers du vol, le journaliste et écrivain franco-colombien Hernando Calvo Ospina, pigiste au Monde diplomatique, figurait sur la "No Fly List" des autorités américaines, qui interdit à certaines personnes de se rendre, voire de survoler les Etats-Unis.

L’avion a donc dû faire escale à Fort-de-France (Martinique) au lieu de survoler les Etats-Unis. Résultat, plus de quatre heures de retard à l’arrivée à Mexico.

"Air France étudie actuellement les voies de recours" auprès des autorités américaines "avec l'aide de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC)". Contactée par le site Rue89, la compagnie aérienne se dit victime de la décision des Etats-Unis, qui a engendré des frais supplémentaires, à savoir "le kérosène en plus pour aller jusqu'à Fort-de-France, les taxes d'atterrissage non prévues et le dédommagement des passagers".

Le passager indésirable, Hernando Calvo Ospina, partait en reportage au Nicaragua pour le compte du Monde diplomatique. Son éditeur a dénoncé "une grave atteinte à la liberté de circulation des personnes mais aussi à la liberté d'expression". L’écrivain s’est, lui, demandé jusqu’où irait "la paranoïa des autorités américaines".