Voitures brûlées : la place Beauvau verrouille sa com'

  • A
  • A
Voitures brûlées : la place Beauvau verrouille sa com'
Partagez sur :

Impossible pour Europe 1 de connaître, département par département, le nombre de voitures incendiées.

1 137 voitures brûlées dans toute la France la nuit de la Saint-Sylvestre. C'est le chiffre officiel, fourni par le ministre de l'Intérieur, vendredi. Soit dix véhicules de moins que lors du réveillon précédent. Une baisse de 1% dont s'est immédiatement félicité Brice Hortefeux. Problème : quand on veut rentrer dans le détail des voitures incendiées département par département, la mission se révèle quasi-impossible.

Des consignes semblent avoir été données cette année par la Place Beauvau et sont appliquées quasi à la lettre par les préfectures. Sur toute la France, seule une douzaine ont accepté de répondre à Europe 1. Pour les autres, pas question de braver les ordres du ministère. Lundi midi, Brice Hortefeux a répété les instructions au point qu'une préfecture un peu trop bavarde a rappelé Europe 1, affolée, pour s'assurer de notre discrétion.

Seule information significative, arrachée sous couvert d'anonymat à une source officielle : en province, le département du Nord a pris la tête du palmarès des voitures brûlées. Impossible, cependant, d’obtenir un chiffre exact. Le président socialiste du conseil général, Bernard Derosier, n'était même pas au courant. Pour lui, pas de doute, "si on ne veut pas donner ces informations, c’est qu’il y a quelque chose à cacher".

Le Groupe UMP-Nouveau centre et indépendants de Strasbourg semble, pour sa part, mieux informé. Pour preuve, ce message déposé mardi sur son blog affirmant que 95 voitures ont été brûlées, contre 55 annoncées par le maire socialiste de la ville Roland Ries. Les élus de l'opposition parlent aussi de "32 feux de poubelles à travers la ville" et de "25 feux d’habitations occasionnés essentiellement par des tirs de pétards interdits". Sans citer leur source.

Place Beauvau, on ne fournit aucune explication. Le cabinet de Brice Hortefeux préfère insister sur la baisse du nombre de voitures brûlées à Paris et en petite couronne, - 20%, assure t-on au ministère. Un chiffre impossible à vérifier.