Viry-Châtillon : les deux policiers hors de danger mais d'importantes séquelles

  • A
  • A
Viry-Châtillon : les deux policiers hors de danger mais d'importantes séquelles
Les deux policiers avaient été pris pour cible lors d'une patrouille de surveillance dans l'Essonne.@ VALERY HACHE / AFP
Partagez sur :

Le parcours médical de ces policiers gravement brûlés "n'est pas terminé", a indiqué lundi un médecin qui a précisé que ce processus serait "encore très long".

Les deux policiers gravement brûlés lors de l'attaque aux cocktails Molotov à Viry-Châtillon, dans l'Essonne, sont "hors de danger", mais le traitement de leurs séquelles va être "très long", a annoncé lundi un médecin de l'hôpital Saint-Louis à Paris.

Ils "sont sauvés". "Les deux sont sauvés. Leur vie est hors de danger. Ça ne veut pas dire que le traitement est terminé au niveau des blessures fonctionnelles et esthétiques. Leur parcours médical n'est pas terminé (...) ça va être encore très long", a déclaré le professeur Maurice Mimoun, chef du service de chirurgie plastique, esthétique et traitement des brûlés de l'hôpital où avaient été admis les deux policiers après leur agression le 8 octobre.

"Greffes de peau sur les deux mains". Le plus grièvement touché, un adjoint de sécurité de 28 ans, est sorti mercredi du coma artificiel dans lequel il avait été plongé pour faire face à ses blessures, a expliqué Maurice Mimoun. "Maintenant, il s'exprime avec nous", mais reste hospitalisé en chambre stérile, a-t-il ajouté. Le policier a subi des "greffes de peau sur les deux mains, prises sur le cuir chevelu pour qu'il y ait le moins de marques possibles", a raconté le médecin. "Il en a encore pour quelques semaines au centre de brûlés, je pense, et puis il ira dans un centre de rééducation." Sa collègue, une gardienne de la paix de 39 ans présente dans la même voiture prise pour cible, avait quitté l'hôpital mardi.

Une surveillance de plus d'une année à venir. "Maintenant, ils vont affronter la deuxième partie, c'est le traitement des séquelles, la rééducation, éventuellement d'autres interventions pour retrouver la mobilité des mains et l'esthétique des mains et du visage", a détaillé le professeur Mimoun, qui se montre très réservé sur l'avenir des deux patients. "On va tout faire pour les deux, mais il est très difficile de savoir les évolutions cicatricielles à l'avance. Il va falloir les surveiller de très près et pendant plus d'une année", a-t-il conclu.