Violences conjugales : une campagne télévisée pour encourager les femmes à appeler à l'aide

  • A
  • A
Violences conjugales : une campagne télévisée pour encourager les femmes à appeler à l'aide
@ JACQUES DEMARTHON / AFP
Partagez sur :

La ligne téléphonique 3919, dédiée aux femmes victimes de violences, va bénéficier à partir de lundi d'une large campagne de promotion, notamment à la télévision, pour montrer aux victimes qu'elles peuvent être "accompagnées vers une sortie de la violence".

Faire savoir qu'une aide est possible. "Nous avons voulu expliquer que les femmes qui appellent cette ligne peuvent trouver des réponses, qu'un parcours peut être mis en place pour leur venir en aide concrètement", a expliqué à l'AFP Françoise Brié, la présidente de la Fédération nationale solidarité femmes (FNSF) qui gère la ligne téléphonique 3919, dédiée aux femmes victimes de violences

"J'ai peur, mais j'ai choisi de m'en sortir pour mes enfants". Dans le spot réalisé pour l'occasion, on suit le parcours d'Alice, 38 ans, victime de coups et d'insultes de la part de son conjoint, et qui se décide à composer le 3919 pour appeler à l'aide.  "J'ai peur, mais j'ai choisi de m'en sortir pour mes enfants. Il n'a pas le droit de démolir nos vies, rien ne m'arrêtera cette fois", affirme Alice, que la caméra suit lors de son dépôt de plainte, à son arrivée dans un centre d'hébergement, puis six mois plus tard lors de son départ vers une "vie normale", dans un nouveau logement. "Même les mauvaises histoires peuvent bien finir", conclut le spot, qui sera également décliné dans une version radio et diffusé sur les réseaux sociaux.

"Nous avons renforcé nos effectifs, car un afflux d'appels est prévisible". Opérationnelle depuis 26 ans, la ligne 3919, service d'écoute national anonyme et gratuit pour les femmes victimes de violences conjugales, prend en charge plus de 50.000 appels par an. Un chiffre en train d'exploser depuis la déferlante de témoignages #Metoo, débutée il y a tout juste un an.  En octobre, novembre et décembre 2017, le numéro a ainsi reçu plus de 1.000 appels supplémentaires par mois, soit plus de 30 par jour. "Pour 2018, les chiffres du premier semestre montrent déjà une hausse d'activité de 18% par rapport au premier trimestre 2017", selon Mme Brié. Et en prévision de la diffusion des spots, "nous avons renforcé nos effectifs, car un afflux d'appels est prévisible", a-t-elle ajouté.