Vignettes, réduction de la vitesse et péages : comment font nos voisins européens pour lutter contre la pollution ?

  • A
  • A
Vignettes, réduction de la vitesse et péages : comment font nos voisins européens pour lutter contre la pollution ?
Malgré la mise en place du péage urbain, Londres est toujours touchée par des pics de pollution@ ISABEL INFANTES / AFP
Partagez sur :

Toutes les grandes villes européennes ont des pics de pollution alors à chacune son système pour la faire baisser entre vignettes, réduction de la vitesse et péages permanents.

La circulation différenciée avec des vignettes est prolongée à Paris et seuls les véhicules avec des plaques paires peuvent circuler à Lyon et Villeurbanne mercredi. Ces mesures sont de plus en plus utilisées pour lutter contre les pics de pollution. Mais ce ne sont pas les seules possibles. Dans les autres pays européens, à chaque grande ville son système pour faire baisser le taux de particules fines dans l'atmosphère.

Une vignette depuis 2008 en Allemagne. Cela fait près de 10 ans que Berlin a mis en place un système de vignettes. Pour pouvoir circuler dans le centre-ville de Berlin, les conducteurs des véhicules les moins polluants doivent acheter une vignette verte à 5 euros, rappelle Franceinfo. Les contrôles sont fréquents et la sanction en cas d'absence de vignette est sévère : 40 euros d'amende à payer immédiatement et un retrait d'un point sur le permis. Un système qui a fait ses preuves puisque les particules fines ont baissé de 60%, d'après la spécialiste transports de l'ONG Deutsche Umwelthilfe. Une réglementation identique a été progressivement mise en place dans la majorité des grandes villes allemandes.

Une circulation alternée pour la vitesse autorisée en Belgique. Depuis le 1 juillet 2014, la Cellule Interrégionale de l'Environnement belge a pris de nouvelles mesures pour faire baisser la pollution des voitures, rapporte La Libre.be : abaisser les limitations de vitesse. Seuls les véhicules avec une plaque paire ou impaire (en fonction du choix de la cellule) pourront circuler jusqu'à 120 km/h. Les autres véhicules seront limités à 90 km/h sur les principaux axes routiers dont les autoroutes. 

À Bruxelles, une loi régionale prévoit depuis 2009 l'abaissement des vitesses maximales autorisées lorsque le niveau 1 est atteint (70 microgrammes de particules/m3), la circulation alternée et la gratuité des transports publics à partir du niveau 2 (100 microgrammes) puis une interdiction totale de tous les véhicules au-delà du niveau 3 (200 microgrammes).

13,20 euros pour entrer dans le centre-ville de Londres. La capitale britannique a sans doute été la grande ville européenne la plus radicale en matière de circulation routière. Depuis 2003, le centre de Londres est accessible uniquement avec un péage urbain. La "Congestion tax" coûte 11,50 livres (13,20 euros) et s'applique du lundi au vendredi de 7h à 18h. Il existe des exonérations pour les résidents et les utilisateurs de véhicules peu polluants mais ce péage est permanent. 

Londres, congestion charge, péage crédit : NICOLAS ASFOURI / AFP

Pour entrer dans le centre de Londres, les conducteurs doivent payer une "congestion tax" crédit : NICOLAS ASFOURI / AFP


Une première mesure en Espagne. La circulation alternée a été imposée pendant une journée à Madrid le 29 décembre pour la première fois. Depuis 2015, des mesures de limitation de vitesse et d'interdiction de stationnement dans le centre aux véhicules privés sont prises en cas de pic de pollution. Avec 3,2 millions d'habitants et 1,8 million de voitures, la capitale espagnole a été citée en 2014 comme l'une des plus polluées d'Europe par une organisation écologiste française. Les véhicules non autorisés sont passibles d’une amende de 90 euros.

La mairie de gauche souhaite par ailleurs interdire l'ensemble du centre-ville aux voitures (sauf aux résidents et aux transports publics et commerciaux) et pourrait consulter la population sur le sujet en 2017.

Milan primée pour son péage urbain. En Italie, la circulation alternée reste utilisée dans plusieurs grandes villes. Mais le système qui prédomine désormais est un programme de limitation progressive de la circulation en cas de pic de pollution, avec une interdiction de circuler pour les plus polluants, comme les vieux véhicules diesel, qui s'élargit au fil des jours aux véhicules diesel plus récents et aux vieux véhicules essence et aux deux-roues.

En outre, les "zones à trafic limité" se sont multipliées dans les centres historiques à travers la péninsule, même dans des communes relativement petites. Elles ne sont ouvertes qu'aux véhicules disposant d'un permis spécial payant (ouvert essentiellement à ceux qui habitent ou travaillent dans la zone) ou aux véhicules électriques. La ville de Milan a d'ailleurs reçu le prix pour avoir mis en place un péage urbain similaire à celui de Londres. Quarante-trois portiques filtrent ainsi l’accès au centre historique de la ville. Le tarif pour les franchir est de 5 euros. 

milan, pollution crédit : MARCO BERTORELLO / AFP

Une mesure anti-pollution drastique avait interdit l'accès de Milan aux voitures en 2015 © MARCO BERTORELLO / AFP


Une circulation alternée permanente à Athènes et Lisbonne. La circulation alternée existe à Athènes (Grèce) de façon permanente depuis 1982. La mesure est suspendue de juillet à septembre car de nombreux Athéniens quittent la capitale pour les vacances. Le dispositif concerne toutes les voitures et les camions au-dessus de 2,2 tonnes.

À Lisbonne, du lundi au samedi de 7h à 21h, l’accès est limité aux résidents, aux véhicules d’urgence et spéciaux et aux transports publics. Le centre historique est interdit aux véhicules fabriqués avant 2000 sauf le week-end. Dans une zone élargie autour du centre, cette interdiction frappe les véhicules construits avant 1996. 

En Scandinavie, les péages urbains sont courants. En Suède, Stockholm et Göteborg ont un péage urbain. Au Danemark, Copenhague et d'autres grandes villes interdisent la circulation aux véhicules trop polluants. En Norvège, Oslo a également un péage urbain et bannit le diesel les jours de forte pollution. Mais surtout, le pays est champion des voitures électriques grâce à des mesures incitatives fortes (exemption de taxes et de péage, stationnement gratuit, autorisation d'emprunter les couloirs de transport collectif, etc.). Elles ont représenté 15,7% des nouvelles immatriculations en 2016.

stockholm, péage crédit : LEIF R JANSSON / SCANPIX SWEDEN / AFP

À Stokholm (Suède), les péages font partie du paysage urbain © LEIF R JANSSON / SCANPIX SWEDEN / AFP