VIDEO - L'Unicef dévoile un "mannequin challenge" pour dénoncer l'excision

  • A
  • A
VIDEO - L'Unicef dévoile un "mannequin challenge" pour dénoncer l'excision
La vidéo, selon le principe du "mannequin challenge", met en scène une excision@ UNICEF Chad
Partagez sur :

L'excision consiste à enlever totalement ou partiellement les organes génitaux externes d'une fille pour des raisons culturelles, religieuses ou parfois esthétiques.

"Au Tchad, près d'une fillette sur deux est victime d'une mutilation des organes génitaux", conclue la vidéo choc publiée sur la chaîne Youtube Unicef Chad, mardi. À travers le procédé du "mannequin challenge", l'Unicef tente de sensibiliser l'opinion à une pratique encore en cours : l'excision. 

Une scène en apparence paisible. Dans un village africain, deux jeunes filles font la vaisselle, des hommes jouent au Backgammon, un garçon fait du vélo... Et dans une maison, deux femmes maintiennent une jeune fille au sol pendant qu'une troisième brandit une lame de rasoir. La scène est suspendue dans le temps, comme le veut le principe du "mannequin challenge" mais la mise en scène ne laisse aucune place à l'imagination. La jeune fille va se faire exciser. 

L'excision, une pratique qui concernerait 70 millions de femmes. L'Unicef (Fonds des Nations Unies pour l'Enfance) lance une campagne de sensibilisation à la lutte contre l'excision, cette pratique qui consiste à mutiler les organes génitaux externes d'une fille, et qui est particulièrement présente au Tchad (en Afrique centrale). En Afrique et au Yémen, 70 millions de femmes auraient subi une mutilation génitale, d'après les enquêtes de l'organisation.

L'Unicef précise également que "ces pratiques font de plus en plus fréquentes en Europe, en Australie, au Canada et aux États-Unis, essentiellement parmi les immigrantes venues d'Afrique et de l'Asie du Sud-Ouest." Une campagne de sensibilisation qui devrait donc avoir un impact mondial. "Nous ne pouvons rester de glace. Cette pratique doit se terminer", affirme la vidéo.