Vers une rationalisation des interventions d'urgence ?

  • A
  • A
Vers une rationalisation des interventions d'urgence ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

RESTRICTIONS - Un rapport interministériel préconise de mieux rationaliser les réponses aux appels d'urgence des Samu et pompiers.

INFO. Il y a urgence et vous avez appelé le 15, pour le Samu, ou le 18, pour les pompiers. Désormais, vous allez peut-être devoir attendre. Un rapport commandé en octobre 2013  par les ministères de la Santé et de l'Intérieur, dénonce la hausse des appels d'urgence trop souvent injustifiés. Les Samu ont ainsi enregistré une hausse de 28% des appels vers le 15 entre 2008  et 2012. Cette hausse est de 14.3% pour les pompiers sur la même période. Mais ces services de secours, confrontés également à la rigueur budgétaire, vont être invités à mieux filtrer les appels.

>> LA QUESTION QUI FÂCHE - Rapport sur le coût des urgences : "en bout de chaîne, il y a des vies"

Une restriction "inévitable" et "durable". Une phrase de ce rapport de 300 pages, que s'est procuré Lefigaro.fr, inquiète particulièrement les pompiers et les médecins urgentistes : "la nécessité de restriction des ressources est inévitable et durable".  En clair, ce rapport estime que les services de secours vont devoir se serrer la ceinture et pour longtemps. Un cas concret avec les sorties d'ambulance des sapeurs-pompiers : le rapport pointe "les départs réflexes" , c'est à dire l'envoi d'un véhicule sans prévenir le Samu. Selon ce rapport, ces départs sont trop fréquents. La population appelle en priorité le 18, le numéro des pompiers et ces derniers sont ainsi sollicités en permanence pour des missions qui relèvent en priorité du Samu.  

Des critères ciblés et une information commune. Ailleurs, le rapport pointe les critères de départ et en préconise une actualisation. Il apparaît en effet bien surprenant que les cas d'AVC ne figurent pas parmi les urgences vitales. Le ministère de l'Intérieur travaille également à un regroupement des centres Samu et pompiers avec des plateformes et un système d'information communs : actuellement si on donne ses coordonnées à un pompier, il faut recommencer lorsque l'on est réorienté vers le Samu.

Ces préconisations ne restent pour l'heure que des pistes. Les mesures envisagées seront quant à elles annoncées d'ici la fin septembre, avant le congrès annuel des sapeurs-pompiers, prévu début octobre.