Véronique Courjault nie la préméditation

  • A
  • A
Véronique Courjault nie la préméditation
Partagez sur :

Elle a affirmé mercredi "n'avoir pas prévu de donner la mort aux enfants", revenant sur ses déclarations faites pendant l'instruction.

Dès sa garde à vue, et tout au long de l’instruction, Véronique Courjault, jugée depuis mardi pour trois infanticides devant la cour d'assises d'Indre-et-Loire, avait avoué aux enquêteurs avoir délibérément tué ses nouveau-nés. Mercredi, face au juge, l’accusée est revenue sur ses déclarations : "je n’avais pas prévu de donner la mort aux enfants", a-t-elle asséné.

Debout dans le box, l'accusée, d'une petite voix, a justifié pourquoi elle avait dit le contraire devant les policiers: "à partir du moment où j'avais dit que j'avais tué ces bébés, c'était quelque part logique que j'ai pensé à les tuer. C'était l'état d'esprit dans lequel je me trouvais".

Selon son avocat, Me Leclerc, elle n’a fait que répondre aux questions des enquêteurs :


Peu auparavant mercredi, deux enquêteurs Gérald Bejeau et Gérard Sammartino ont présenté l'accusée "comme distante mais capable de pleurer" et ont dit être persuadés "qu'elle avait prévu la mort".

Durant l'audience, Véronique Courjault est revenue sur les circonstances de ses crimes. "Je pense que je n'aurais pas pu jeter les corps dans une poubelle même si les faits que j'ai commis sont monstrueux et inexplicables", a répondu l'accusée à une question de la cour lui demandant pourquoi elle avait congelé les bébés. Elle s'est alors effondrée et ses avocats ont demandé une interruption de séance pour permettre à sa cliente de se reposer.

Interrogée sur le déroulement des trois accouchements, elle explique : "j'étais dans la baignoire accroupie. J'ai eu une sensation physique du bébé qui glisse dans l'eau à travers mon corps". Elle reprend son souffle et poursuit: "j'ai ensuite l'image d'une main sur un visage. Ce n'est pas quelque chose de très net". Elle révèle également qu'elle ira plusieurs fois au congélateur "pour voir que c'était bien vrai, s'ils étaient bien morts, même si cela peut paraître absurde".

"J'ai été enceinte des deux premiers enfants, je leur parlais, ils me parlaient. Mais ceux-là (les trois nouveaux-nés morts, ndlr) je ne leur parlais pas, ils ne me parlaient pas", a dit Véronique Courjault apparue très éprouvée après deux jours de procès.

Par ailleurs, le mari de Véronique Courjault a raconté la découverte en 2006 des deux corps de bébés dans son congélateur à Séoul. Jugée pour "assassinats", elle encourt la réclusion criminelle à perpétuité.