Une nouvelle pétition demande la "libération immédiate" de Jacqueline Sauvage

  • A
  • A
Une nouvelle pétition demande la "libération immédiate" de Jacqueline Sauvage
Les auteurs de cette pétition s'indignent contre la décision du tribunal d'application des peines.@ capture https://www.change.org/p/francois-hollande-lib%C3%A9ration-imm%C3%A9diate-de-jacqueline-sauvage
Partagez sur :

Jacqueline Sauvage, condamnée à 10 ans de prison pour le meurtre de son mari violent, a été partiellement graciée par le président en janvier, mais sa demande de libération conditionnelle a été rejetée vendredi.

Les soutiens de Jacqueline Sauvage, condamnée à 10 ans de prison pour avoir tué son mari violent, ont lancé une pétition en ligne pour réclamer sa "libération immédiate", après que la justice eut refusé de la remettre en liberté.
Lancée vendredi sur le site change.org par quatre de ses soutiens, dont l'actrice Eva Darlan, la pétition avait recueilli plus de 66.800 signatures samedi peu après 16H30.

Grâce "partielle". Le tribunal d'application des peines a refusé vendredi d'accorder une libération conditionnelle à Jacqueline Sauvage, 68 ans, condamnée en appel en décembre à dix ans de prison par la cour d'assises du Loir-et-Cher pour le meurtre de son mari, qui la battait depuis des années et avait violé ses filles. Le chef de l'État lui avait accordé fin janvier une grâce "partielle", qui lui avait permis de présenter cette demande de libération conditionnelle. "Nous ne pouvons pas accepter cette décision", écrivent les auteures de la pétition, qui exigent sa "libération immédiate".

Une précédente pétition réunie 435.971 signatures. "Le président de la République, en accordant une grâce partielle, avait voulu ménager la magistrature ! Elle vient de le trahir [...] Alors il faut désormais que le président de la République accorde une grâce totale", réclament-elles. Les auteures se livrent à une violente charge contre la justice "qui jamais n'entend les victimes de violences" et "qui laisse des pères tuer des enfants malgré les alertes des mères". Une précédente pétition, lancée en décembre par les mêmes personnes, avait recueilli 435.971 signatures.