Une "marche blanche" pour Typhaine

  • A
  • A
Une "marche blanche" pour Typhaine
Partagez sur :

200 personnes se sont réunies, samedi après-midi à Maubeuge, ville où la disparition de l'enfant avait été signalée par sa mère.

Les participants à la marche ont descendu une rue de la ville pour arriver sur le pont de Sambre, lieu où avaient débuté les recherches de la petite fille en juin dernier, et où a eu lieu un dépôt de gerbe de roses blanches, au pied d'un sapin de Noël qui devait être illuminé. "C'est notre manière de signaler notre refus de la maltraitance des enfants et notre soutien à la famille de Typhaine", a expliqué Guillaume Lesourd, 31 ans, l'un des organisateurs de la marche dont l'idée a été lancée sur le réseau social sur internet Facebook.

Ecoutez le correspondant d'Europe1 dans le Nord :



Le rassemblement a duré une quarantaine de minutes et s'est passé dans le respect et dans le calme, sans prise de parole. Quelques manifestants portaient des tee-shirts à l'effigie de Typhaine avec la mention "Stop à la maltraitance".

La famille de Typhaine n'était pas présente lors de cette marche mais pourrait en organiser une autre à Mons-en-Baroeul, dans le Nord, lorsque le corps de l'enfant aura été retrouvé. Des recherches doivent être entreprises la semaine prochaine en présence du concubin de la mère de Typhaine pour localiser la dépouille de la petite fille qu'il a avoué avoir enterrée en Belgique, probablement dans les environs de Mons.

Après avoir reconnu que Typhaine, cinq ans, n'avait pas été enlevée mais était morte chez eux le soir du 10 juin à leur domicile d'Aulnoye-Aymeries, dans le Nord, la mère de la fillette et son concubin ont été mis en examen cette semaine pour coups mortels. Ils ont avoué que la fillette avait succombé "sous une douche froide", une "punition", selon eux, qui aurait mal tourné.