Une loi anti-burkini serait "inconstitutionnelle" et pourrait créer "d'irréparables tensions", affirme Bernard Cazeneuve

  • A
  • A
Une loi anti-burkini serait "inconstitutionnelle" et pourrait créer "d'irréparables tensions", affirme Bernard Cazeneuve
@ LIONEL BONAVENTURE / AFP
Partagez sur :

Le ministre de l'intérieur répond aux propositions des Républicains et notamment de l'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy.

Une loi interdisant le port du burkini serait "inconstitutionnelle, inefficace" et risquerait de créer "d'irréparables tensions", avertit le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve dans une interview au quotidien La Croix publiée dimanche soir sur son site.

"Le gouvernement refuse de légiférer". Si plusieurs personnalités à droite se sont prononcées pour une loi interdisant cette tenue de bain islamique très couvrante au coeur d'une très vive polémique, "le gouvernement, comme l'a dit le Premier ministre, refuse de légiférer sur ce sujet car une loi serait inconstitutionnelle, inefficace, et de nature à susciter des antagonismes et d'irréparables tensions", déclare le ministre de l'Intérieur.

Le Conseil d'Etat "a dit le droit". "En revanche, les musulmans doivent continuer à s'engager avec nous pour l'égalité hommes-femmes, l'intangibilité des principes républicains, la tolérance qui fait le vivre-ensemble", a poursuivi Bernard Cazeneuve, soulignant que la décision du Conseil d'Etat, qui a suspendu vendredi l'arrêté anti-burkini de Villeneuve-Loubet, a "dit le droit". "Chaque parole compte, chaque prise de position peut contribuer à conforter l'unité de la République ou au contraire la fractionner", a souligné le ministre, s'en prenant à l'opposition: "La France a besoin d'apaisement et de rassemblement, pas de ces emportements dictés par les surenchères liées aux primaires, qui portent en elles la division des Français en les dressant les uns contre les autres."

"Certains dirigeants de l'opposition font beaucoup de bruit. Ils pensent que, dans le contexte actuel de menace terroriste, on peut abandonner les principes fondamentaux du droit que portent la Constitution ou la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen", a-t-il dénoncé. Pour Bernard Cazeneuve, "c'est une grave erreur que de penser que pour sauver la France, il faut l'opposer aux principes de droit qui fondent la République. Parce que la France et la République c'est la même chose."