Une grande enquête sur l’efficacité de la police

  • A
  • A
Une grande enquête sur l’efficacité de la police
Partagez sur :

L'Observatoire national de la délinquance publie mardi une étude sur la performance policière en plein débat sur l’existence d’objectifs chiffrés donnés aux forces de l’ordre. La police et la gendarmerie ont interrogé plus de 200 000 suspects supplémentaires depuis 2003. Avec des taux de résolution qui varient selon les types de délits commis.

La police et la gendarmerie ont mis en cause, au cours de leurs enquêtes, 22% de personnes supplémentaires depuis 2003, soit 200 000 suspects supplémentaires. Un éclairage intéressant donné mardi par l'Observatoire national de la délinquance dans ledébat sur les objectifs chiffrés données aux forces de l’ordre.

Cette enquête sur la performance policière, dévoilée mardi parLe Figaro, pointe aussi qu’en 2008, un tiers des suspects étaient des toxicomanes ou des clandestins. Or, "pour ces infractions, la constatation et l'élucidation coïncident", rappelle l'Observatoire national de la délinquance. Ce qui a pour conséquence directe de faire grimper l’indicateur de performance des services de police concernés qui est globalement en hausse de 35%.

Dans cette étude sur la performance policière, l’Observatoire national de la délinquance note aussi que dans près de 80% des cas, les dossiers de vols de deux-roues ou d’automobiles, de vandalisme ou de cambriolages, y compris des faits avec violence, ne sont pas résolus par les forces de l’ordre. Un chiffre stable depuis cinq ans. A l’inverse, les affaires de coups et blessures volontaires, de viols et d’homicide sont celles qui sont les plus souvent élucidées.

"Il est vrai que la plainte contre X, généralement déposée pour vol, est forcément plus difficile à instruire que celle visant un acte de violence, notamment intrafamilial, où l'auteur est connu de sa victime", explique ainsi dans Le Figaro Christophe Soullez, chef des études à l'Observatoire national de la délinquant. Rien d’étonnant donc à ce que le taux de résolution des faits d’outrages sur agent grimpe à 98%.