Une étude met en garde contre des abattages trop élevés des loups en France

  • A
  • A
Une étude met en garde contre des abattages trop élevés des loups en France
@ SYLVAIN MACCHI / AFP
Partagez sur :

La population des loups en France n'est "pas exposée à un risque d'extinction démographique immédiat", nuance l'étude. 

L'augmentation en France des abattages de loups menace à long terme la survie de cette espèce protégée, qui a vu sa population tripler en dix ans sur le territoire, avertit une étude conduite par sept experts.

Pas de risque d'extinction immédiat. La population des loups en France n'est "pas exposée à un risque d'extinction démographique immédiat", selon l'étude commandée à l'été 2016 par le ministère de l'Environnement et rendue publique samedi. La survie de l'espèce est menacée quand le taux de mortalité, toutes causes confondues, est autour de 34%. Or, il s'est élevé en moyenne en France à 22% entre 1995 et 2013.

Un risque à plus long terme. Mais depuis, il a été décidé d'augmenter significativement l'abattage sous contrôle des loups, ce qui ferait basculer dans une situation plus critique, pointe l'étude en se fondant sur la période 2013-2016. Le loup fait partie des espèces protégées en France comme en Europe. Revenu dans les années 1990 en France par l'Italie et concentré dans le Sud-Est, le canidé a vu sa population tripler en dix ans en France, de 100 à 300 individus environ, selon les estimations de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage.

Depuis des décennies, les pouvoirs publics ont autorisé l'abattage sous contrôle de loups, d'ours, de félins ou d'autres espèces protégées, espérant ainsi améliorer leur cohabitation parfois difficile avec l'homme et mieux les préserver.