Une association dénonce les conditions de vol vers les Comores

  • A
  • A
Une association dénonce les conditions de vol vers les Comores
Partagez sur :

"Cela fait 17 ans que nous sommes victimes", a déclaré Farid Soilihi, porte-parole de "SOS voyage aux Comores".

L'association "SOS voyage aux Comores" a dénoncé mardi les conditions déplorables des vols entre Sanaa et Moroni pour les Comoriens vivant en France, assurés selon elle par "des compagnies poubelles", et a demandé aux autorités françaises de "faire la lumière sur cet accident". "Cela fait 17 ans que nous sommes victimes", a déclaré Farid Soilihi, porte-parole de cette association, présent mardi matin à l'aéroport marseillais de Marignane. "Les vols entre Sanaa et Moroni sont assurés par des compagnies poubelles, ils ne répondent pas aux normes", a-t-il déclaré. "On sait très bien que ce ne sont pas les conditions climatiques qui ont créé l'accident".

Rappelant que l'association créée l'an dernier pour réclamer de meilleures conditions de voyage vers les Comores avait organisé le 11 août dernier une manifestation de 300 personnes à l'aéroport de Marignane, Farid Soilihi a reproché à la France de n'avoir pas agi dans ce sens, malgré les démarches engagées. "Nous sommes des Français. Nous demandons à la France de faire la lumière sur cet accident", a-t-il déclaré. "Aux Comores, nous sommes tous une famille. Chaque Comorien a un parent dans ce vol".

Le ministre des Transports yéménite a pour sa part défendu la qualité de l'appareil. "L'A310-300 de la compagnie Yemenia Airways qui s'est abîmé en mer près des Comores avait été totalement inspecté en mai sous la supervision de spécialistes d'Airbus", a déclaré Khaled Ibrahim al Wazir. L'appareil "était conforme aux normes internationales", a-t-il ajouté.

De son côté, Nassardine Haytari, adjoint au maire du 1er secteur de Marseille, d'origine comorienne, s'est dit "en colère" devant cette catastrophe "prévisible". "Les autorités françaises ne nous ont pas entendus. Le résultat du mépris, c'est qu'il y a aujourd'hui des morts", a-t-il affirmé. "Ce qui m'énerve, c'est de faire de ce drame un drame comorien. C'est un drame Français et Comorien", a-t-il poursuivi. Près de 80.000 Comoriens d'origine ou résidents vivent à Marseille, l'une des plus importante communauté comorienne au monde.

> Crash d'un A310 avec 153 personnes à bord

> 61 passagers partis de Marseille