Une alternative à la chirurgie à coeur ouvert

  • A
  • A
Une alternative à la chirurgie à coeur ouvert
Partagez sur :

Une équipe de l’hôpital du Plessis-Robinson dans les Hauts-de-Seine a réalisé la semaine dernière une première en France : trois malades cardiaques se sont fait poser une prothèse sans que les chirurgiens leur ouvrent le cœur. Aujourd’hui, cette prothèse est aujourd’hui la seule alternative à la chirurgie à cœur ouvert. Demain, elle pourrait bénéficier à un plus grand nombre de patients atteints d’une malformation cardiaque congénitale.

C’est une première française. La semaine dernière, une équipe de l’hôpital du Plessis-Robinson, dans les Hauts-de-Seine, a posé une prothèse sur trois patients atteints d’une malformation cardiaque congénitale. Une première qui constitue à ce jour la seule alternative à la chirurgie à cœur ouvert. Et qui demain pourrait bénéficier à un plus grand nombre de patients.

L’opération est aussi nettement moins lourde. Puisqu’elle a duré moins de deux heures. Et les trois patients âgés de 11, 32 et 59 ans ont pu regagner leur domicile deux jours après l’exploit médical. Sans avoir à séjourner donc en réanimation et en soins intensifs. Aujourd’hui, ils sont en pleine forme.

Les cardiopathies congénitales sont les plus fréquentes des malformations (0,8 à 1 % des naissances). Depuis la fin des années 50, les enfants et adultes cardiaques congénitaux peuvent mener une vie active proche de la normale, mais au prix de plusieurs interventions à coeur ouvert tout au long de leur vie.