Un tiers des SDF ont des troubles psychiatriques sévères

  • A
  • A
Un tiers des SDF ont des troubles psychiatriques sévères
Partagez sur :

La fréquence des troubles psychotiques est en général dix fois plus importante chez les SDF que dans la population générale.

Une enquête sur la santé mentale des adultes sans logement, la première menée depuis les années 1990, montre que 32% des SDF présentent un trouble psychiatrique sévère et parmi eux, 40% des 18-25 ans.

Cette étude, révèle que la fréquence des troubles psychotiques est en général dix fois plus importante chez les SDF que dans la population générale et celle des troubles dépressifs quatre fois plus importante, les jeunes étant particulièrement touchés. Une personne sur cinq présente un trouble de la personnalité ou du comportement, et plus d'une personne sur dix un risque suicidaire moyen ou élevé.

Les addictions en termes de dépendance ou de consommation régulière concernent 29% des personnes. Une personne sur cinq est dépendante à l'alcool, 16% consomment régulièrement du cannabis et 2,4% de la cocaïne.

Un quart des personnes ayant des troubles psychiatriques sévères n'a jamais eu recours aux soins et près des trois quarts de celles ayant eu un contact antérieur avec le système de soins n'étaient plus suivies au moment de l'enquête.

L'enquête a été menée par l'observatoire du Samu social de Paris, l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) avec un groupe de recherche pluridisciplinaire (épidémiologistes, psychiatres, statisticiens, sociologues). Les 859 personnes interrogées ont été tirées au sort dans les services d'aide (centres d'hébergement, accueils de jour, points soupes...). Elles étaient libres d'accepter ou de refuser de participer et ont été interviewées par un enquêteur et un psychologue. Les diagnostics ont été établis par un psychiatre. Elle a été réalisée à la demande de la préfecture de Paris et de la mairie en vue d'améliorer la prise en charge et l'hébergement de ces personnes.