Un réveillon du Nouvel an sous (très) haute sécurité

  • A
  • A
Un réveillon du Nouvel an sous (très) haute sécurité
Partagez sur :

La crainte principale des forces de l'ordre est une attaque terroriste au camion bélier, comme à Berlin ou à Nice. 

Les policiers et les gendarmes sont en pleine préparation pour assurer la sécurité du réveillon du Nouvel an. Ils seront 90.000 sur le terrain, partout en France, avec comme principale crainte une attaque terroriste au camion bélier, comme à Berlin ou à Nice le 14 juillet dernier. 

600.000 personnes attendues sur les Champs-Elysées. Les deux derniers attentats de masse en Europe étaient des attaques au camion fou. C'est donc ce risque-là qui est au cœur des dispositifs de sécurité ce week-end sur tous les lieux de rassemblement. Plusieurs endroits seront particulièrement surveillés : les Champs-Elysées, bien sûr, où l’on attend 600.000 personnes. Quelque 1.700 fonctionnaires seront ainsi mobilisés sur l'avenue parisienne et ses alentours, a détaillé vendredi le préfet de police Michel Cadot. Les lieux seront également sécurisés par 1,7 km de  barrières, 24 plots lourds, cinq chicanes et des véhicules des forces de l'ordre.

Mais d'autres lieux, comme la Promenade des anglais de Nice (150 policiers mobilisés), ou le centre-ville de Strasbourg (350 policiers et 200 militaires) seront particulièrement surveillés. Pour empêcher le pire, il y aura par exemple des blocs de béton sur toutes les entrées des zones piétonnes ou des véhicules garés en quinconce le long des routes.

Des craintes de violences urbaines, aussi. Les forces de l’ordre seront particulièrement mobilisés ce week-end, avec 52.000 policiers et 36.000 gendarmes, auxquels vont d’ajouter les milliers de militaires de l'opération Sentinelle. Particulièrement vigilants sur le risque terroriste, mais aussi aux violences urbaines, 400 policiers des Yvelines vont venir renforcer les effectifs de Trappes, Mantes-la-Jolie ou encore aux Mureaux.

Le Centre opérationnel police activé. Le ministère de l'Intérieur activera le 31 décembre le Centre opérationnel police. "Mais on espère qu'il ne sera pas nécessaire. Il gère ce qui est inhabituel, les gros événements comme les attentats, pas le tout-venant", explique une source policière.

Rester "vigilant et attentif". Au total, sur l'agglomération parisienne, ce sont 10.300 policiers, gendarmes, militaires, pompiers et personnels de la ville et associatifs qui seront sur le pont le 31 décembre dont 4.100 policiers de la préfecture, 1.400 policiers et gendarmes des forces mobiles, 1.700 militaires de l'opération Sentinelle, 2.500 pompiers, 240 agents de sécurité privée et de la ville, les policiers municipaux et plus de 350 membres d'associations de secours aux personnes.

Le préfet de police de Paris demande de "rester vigilant et attentif" et "en cas de comportement suspect, d'appeler le 17 ou le 112". "Il n'y a pas eu d'alerte spécifique sur Paris et la région parisienne ces derniers jours", tempère-t-il toutefois.