Un rapport peu flatteur pour l'Education nationale

  • A
  • A
Un rapport peu flatteur pour l'Education nationale
Partagez sur :

Le médiateur de l’Education nationale a rendu son 10e rapport annuel, lundi. Il distribue ses mauvais points.

Dans sa note annuelle rendue publique lundi, le médiateur de l'Education nationale pointe du doigt les dysfonctionnements de l' institution. En cause ? Une administration et une réglementation trop tatillonnes, empêchant des élèves et des étudiants d'obtenir leurs diplômes pour des raisons qui n'ont rien à voir avec leur niveau…

Les exemples de « ratage » ne manquent pas : stages non validés parce qu'ils ont lieu pendant les vacances scolaires, limites d'âge qui n'ont pas lieu d'être, fonctionnaires qui induisent en erreur les candidats, conditions à remplir pour passer des examens qui ne sont pas claires, cas particuliers insuffisamment pris en compte.

Ecoutez quelques exemples donnés par Noémie Schulz :


Face à des réclamations en hausse de 14% sur un an, le médiateur de l'Education nationale demande des changements de réglementation ou de législation, une modification des logiciels pour que les erreurs puissent être rectifiées, et une plus grande souplesse dans l'application des textes.

Il propose également que partout les copies et fiches d'appréciations puissent être consultables par les candidats pour éviter les erreurs dans le report des notes.