Un radar de chantier flashe 2.500 fois par jour

  • A
  • A
Un radar de chantier flashe 2.500 fois par jour
Photo d'illustration. @ PASCAL GUYOT / AFP
Partagez sur :

Un des deux premiers radars de chantier installés en France a flashé 2.500 fois en 24 heures depuis sa mise en service début juillet.

Ils pourraient bien être le nouveau cauchemar des automobilistes. Un des deux premiers radars de chantier installés en France a flashé 2.500 fois en 24 heures depuis sa mise en service début juillet, a annoncé lundi la Sécurité routière. Ces appareils, censés inciter les automobilistes à réduire leur vitesse dans des zones de danger immédiat lié à un chantier, ont été inaugurés au mois de juillet. Il devrait y en avoir 150 d'ici 2016.

Un radar sur un chantier de l'A6. L'un de ces deux radars, mis en service le 4 juillet sur un chantier de l'autoroute A6 dans le sens Paris-province à hauteur de Fleury-en-Bière, en Seine-et-Marne, "a enregistré en moyenne près de 2.500 messages d'infractions par 24 heures" depuis son inauguration, a déclaré la délégation à la sécurité et à la circulation routières (DSCR). Ce radar avait été inauguré par le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, dans une zone où la vitesse autorisée passe successivement de 130 km/h à 110 km/h puis à 90 km/h et enfin à 70km/h. Le radar autonome est placé à un endroit où la vitesse est limitée à 70 km/h.

Sur la départementale 177. Le second radar, mis en service le 7 juillet en Bretagne sur un chantier de la départementale 177 à la hauteur de le commune de Sainte-Marie, en Ile-et-Vilaine, a lui flashé en moyenne 135 fois par 24 heures, selon la DSCR. Ce radar a été mis en service sur une route départementale où la limitation de vitesse passe de 90 km/h à 70 km/h puis 50 km/h. Le radar autonome est sur une zone limitée à 50 km/h.

Annoncés comme les radars fixes. Chaque année "200 accidents aux abords des chantiers du réseau routier principal (autoroutes et nationales)" sont déplorés en France, précise la DSCR pour justifier la présence de ces nouveaux radars. Ces accidents "provoquent un à quatre décès par an et environ 80 blessés" qui touchent "autant les usagers que les agents travaillant sur les chantiers". Ces chiffres "sont en nette augmentation depuis 2011". "Bien qu'ils soient déplaçables, les radars autonomes sont annoncés aux usagers de la route comme le sont les radars fixes", rappelle la DSCR. "Un nouveau panneau routier a été spécialement créé pour indiquer leur présence et appeler à la plus extrême prudence. Ce panneau annonce des contrôles automatiques sur toute la longueur du chantier".