Un fourgon blindé attaqué à Gentilly

  • A
  • A
Un fourgon blindé attaqué à Gentilly
Partagez sur :

Les malfaiteurs ont ouvert le feu peu avant 8 heures lundi, sans faire de blessé, à Gentilly, dans le Val-de-Marne.

Un fourgon blindé a été attaqué lundi peu avant 8 heures, rue Benoît-Malon, à Gentilly, une commune du Val-de-Marne. Les malfaiteurs ont ouvert le feu sans faire de blessé et n’ont pas réussi à emporter le butin, a-t-on appris de source policière.

Selon les premières informations fournies par la police, l'agression s'est déroulée alors que le véhicule de transport de fonds de la société Loomis s'apprêtait à gagner le centre-fort (bâtiment très sécurisé où est acheminé et trié l’argent en espèce avant sa distribution) du groupe CIC.

Le fourgon blindé a alors été pris en tenaille par deux camionnettes. Le conducteur du fourgon est parvenu à se dégager sous les balles des malfaiteurs. Ils ont tiré "avec au moins un fusil à pompe et des kalachnikov", a précisé Jean Montisci-Pierrard, secrétaire adjoint du syndicat policier Alliance dans le Val-de-Marne. Quatre à six personnes "se sont présentées dans des camionnettes volées, se sont arrêtées devant et derrière le fourgon et ont mis le feu pour tenter de bloquer le fourgon", a-t-il rapporté. "Une cinquantaine de douilles ont été retrouvées" sur les lieux de la fusillade.

Christian Lambert, directeur de cabinet du préfet de police, Christian Flaesch, directeur de la police judiciaire parisienne et Alain Gardère, directeur de la Sécurité de proximité de l'agglomération parisienne (DSPAP), se sont rendus sur place.

Le plan anti VMA (vol à main armée) a été immédiatement déclenché sur l'ensemble de l'Ile-de-France. L’enquête été confiée à la Brigade de répression du banditisme (BRB).

Un autre braquage, réussi, s'était produit en 2000 dans la même zone. L'ancien "roi de l'évasion" Antonio Ferrara était accusé d'y être impliqué mais avait été acquitté lors d'un procès en appel en avril 2009.