Un enfant oublié 8 heures dans un bus scolaire

  • A
  • A
Un enfant oublié 8 heures dans un bus scolaire
@ MAXPPP
Partagez sur :

DYSFONCTIONNEMENT - Un garçon de 9 ans a été oublié toute la journée dans un bus scolaire, à Bordeaux. Ses parents portent plainte. 

Le 6 octobre dernier, comme tous les jours, Charles, 9 ans, prend le bus de la rue David-Jonhston à Bordeaux. Son car scolaire l’emmène à l’école des Bois à Martillac. Mais ce jour-là, Charles n’est jamais arrivé dans sa classe. Que s’est-il passé ? Il se serait endormi dans le bus et aurait été oublié pendant 8 heures par les responsables de l’école.

Accusé de mentir dans un premier temps. Pendant toute la journée, Charles reste dans le dépôt des bus scolaires, enfermé dans le car. Pire, la direction de son école ne croit pas à la version du petit garçon. La directrice ainsi que trois autres personnes certifient que Charles a menti. Le chauffeur du bus soutient l’école et affirme avoir l’avoir vu descendre. Ses parents décident alors de porter plainte.

07.09.Ecole.marseille.education.eleve.930.620

© REUTERS

"Il ne veut plus aller à l’école, il est traumatisé". Les parents de Charles sont très remontés contre l’école. "Il n’avait pas le moyen de pouvoir aller aux toilettes. Il a dû faire dans son pantalon", raconte Roy Kabemba, le père du petit garçon à Europe 1. "Il avait l’impression que c’était de sa faute, qu’il était coupable de s’être endormi et que c’était peut-être pour le punir qu’il était resté dans le bus enfermé pendant tout ce temps-là". Après un tel traumatisme, Charles "ne veut plus aller à l’école. Il est traumatisé à l’idée seulement de monter dans le bus. C’est dommageable et inacceptable".

L’enfant souffre de problèmes cardiaques. "Nous avons du mal à comprendre ce qui s'est passé mais nous ne pouvons que le regretter", concède Laurence Paries, chargée des transports terrestres au Conseil général de Gironde dans les colonnes de Sud Ouest. Charles souffre de problèmes cardiaques depuis l’âge de 3 ans. Selon les informations de Sud Ouest, le garçon est sous traitement permanent et accuse parfois des moments d’absence. C’est pour cette raison qu’il se serait endormi.

L’école finit par se rétracter. Après huit jours d'enquête par la brigade des mineurs, tous les responsables reviennent finalement sur leur version. Ils déclarent tous avoir menti… Le père de Charles, très en colère, exige des excuses de la part de l’école et du transporteur scolaire. Des excuses qu’il attend toujours.