Un CRS mis en examen après l'éborgnement d'un militant : "pourquoi continue-t-on à utiliser ce type de grenade ?"

  • A
  • A
Partagez sur :

Un CRS a été mis en examen vendredi soir. L'avocat du militant blessé s'est dit "satisfait" samedi sur Europe 1.

Un CRS pourrait être jugé aux assises pour avoir lancé une grenade sur un manifestant. Âgé de 48 ans et soupçonné d'être l'auteur du tir "illégitime" d'une grenade de désencerclement qui a occasionné la perte d'un œil à un militant le 15 septembre, lors d'une manifestation à Paris contre la loi Travail, il a été mis en examen vendredi. Maître Julien Pignon, l'avocat de Laurent Theron, qui a perdu un œil lors de la manifestation, s'est déclaré "satisfait" sur Europe 1 samedi.

"Nous sommes satisfaits". "Nous sommes satisfaits de cette décision qui s’inscrit dans la droite ligne de ce que nous attendions depuis le début : que l'auteur de ce jet de grenade soit amené à répondre de ce fait parfaitement injustifié", s'est félicité Maître Julien Pignon. Quant à son client, "il est relativement heureux compte tenu de sa situation. On voit que les choses avancent". "Ce qu'il craignait au départ, c'était que l'on arrive jamais à identifier l'auteur de ce lancé de grenade".

Établir les responsabilités. "Il espère que l'ensemble des responsabilités seront établies dans le cadre de cette enquête. Reste la question qui le taraude : pourquoi continue-t-on à utiliser ce type de grenade dans des opérations de maintien de l'ordre, quand on voit les dégâts que cela peut faire ?".