Le chien traîné de force derrière un scooter désormais en attente d'une famille d'accueil

  • A
  • A
Partagez sur :

Suite à des plaintes, l'auteur des faits et d'une vidéo mise en ligne a été retrouvé et interpellé, alors que l'animal a été confié à un refuge.

Gucci est dans l'attente d'une famille d'accueil. Confié à la Fondation Assistance aux Animaux, cet American Staff, se remet en effet dans un refuge des Yvelines. Dans une vidéo Snapchat diffusée mardi et qui a choqué les internautes, on le voit traîné de force derrière un scooter conduit par un homme qui semble vouloir amuser ses followers, a rapporté mercredi Le Parisien.



Pattes en sang. Dans la fameuse vidéo le chien est tiré de force derrière un scooter, les pattes en sang. Grâce à la mobilisation des internautes qui ont prévenu la police, le lieu a pu être retrouvé (vraisemblablement Bobigny en Seine-Saint-Denis) et l'auteur des faits interpellé. Des associations de défense des animaux se sont aussi mobilisées. La Fondation 30 Millions d'Amis a porté plainte, avec constitution de partie civile pour "actes de cruauté et actes de sévices envers un animal domestique, apprivoisé, ou tenu en captivité". 

Le propriétaire en garde à vue. Alors que le propriétaire de l'animal et ses complices qui ont filmé sont maintenant en garde à vue, le chien, lui, a été recueilli par la Fondation Assistance Aux Animaux au sein du refuge de Morainvilliers dans les Yvelines. Contacté par téléphone par La Parisienne, la responsable Anne-Claire Chauvancy a expliqué que Gucci allait "rester quelques temps à l’infirmerie, parce qu’il est maigre et qu’il doit être examiné par un vétérinaire". "Ses coussinets ont cicatrisé", a-t-elle ajouté. Il semblerait en effet que la vidéo ait été tournée il y a plusieurs semaines.

"Beaucoup de cicatrices". Gucci "n’est pas en bon état, il porte beaucoup de cicatrices au museau, aux pattes, aux flancs... Quand il a été traîné en scooter, il n’arrivait pas à suivre le véhicule, il a fini par être traîné couché. La peau a été arrachée aux pattes, au ventre et au museau", a-t-elle aussi décrit. Et de préciser qu'"aujourd’hui, nous attendons une famille d’accueil jusqu’au jugement des coupables".