Un bouton "anti-Bataclan" arrive dans les commerces niçois

  • A
  • A
Un bouton "anti-Bataclan" arrive dans les commerces niçois
Bouton "anti-Bataclan" à Nice@ Frantz Bouton
Partagez sur :

Les commerces qui le souhaitent pourront désormais s'équiper de ce système d'alerte. Objectif : réduire le nombre de braquages. 

Le bouton, présenté comme "anti-Bataclan", avait déjà été installé dans six salles de concert de Nice tout début mai. Le dispositif, mis en place par la mairie, qui doit permettre d'alerter au plus vite les forces de l'ordre en cas d'attaque terroriste, va être étendu aux commerces de la ville. Il était jusqu'à alors en phase de test. Un test concluant puisque, lundi dernier, le conseil municipal a approuvé, à l'exception de deux élus EELV qui se sont abstenus, "l'extension opérationnelle du dispositif 'bouton d'alerte commerçant'".

Déjà en test. Déjà installé dans les principaux lieux de la ville qui accueillent le public tels que les crèches, les écoles, les mairies annexes, le Nikaïa ou encore le palais Acropolis, il était également en test dans quinze commerces niçois depuis la mise en place de l'état d'urgence en novembre dernier. 

"Bouton anti-Bataclan". Ce petit bouton, ou boitier, surnommé "bouton anti-Bataclan" permet, en cas de danger, de lancer un SOS, via une pression discrète, qui parvient directement au centre de supervision urbain (CSU), le PC vidéo de Nice. L'alerte est alors géolocalisée et les caméras de la ville, mais aussi du magasin, sont en alerte pour suivre la scène. Un système d'écoute permet également aux agents municipaux du CSU d'entendre tout ce qui se passe dans le magasin. 

"Un système innovant". C'est donc un système qui a fait ses preuves selon Christian Estrosi qui assure que "chacun des tests réalisés a permis une intervention de police nationale ou de police municipale en moins de cinq minutes. C'est un système innovant, efficace et majoritairement plébiscité par les commerçants qui l'ont testé".

185 euros. Résultat, il sera donc désormais possible pour tous les commerçants niçois qui le souhaitent de bénéficier de ce système d'alerte. Un système "gratuit moyennent l'acquisition du matériel nécessaire". Il faudra donc compter 185 euros environ pour le boîtier et le coût d'un abonnement téléphonique. Et, afin de rendre également préventif et dissuasif le dispositif, les commerces équipés seront signalés par un autocollant.