Un bébé en décomposition découvert

  • A
  • A
Un bébé en décomposition découvert
Partagez sur :

La mère du bébé en décomposition a été mise en examen dimanche. C'est le second bébé mort découvert dans cette famille.

Le cadavre d'un bébé en état de décomposition avancée a été découvert vendredi dans une maison à Ecrouves en Meurthe-et-Moselle. Il serait le jumeau d'un nouveau-né découvert dans le congélateur de la même famille il y a deux ans, selon les déclarations de la mère aux enquêteurs. La jeune femme de 35 ans, employée dans une grande surface, a été mise en examen dimanche pour "meurtres sur mineurs de moins de 15 ans" et placée en détention provisoire.

Le père de famille, un électricien de 38 ans, avait découvert vendredi matin un sac en plastique et placés dans un panier à linge dans sa salle de bains, "à la portée de tous", dans lequel se trouvaient des restes humains. "Lorsqu'il a découvert les restes, il les a déposés devant la maison, puis a alerté un proche. Sa compagne est rentrée de son travail au même moment, a suggéré dans un premier temps que le cadavre soit enterré. Les proches ont refusé et ont appelé la police", a indiqué samedi le procureur Raymond Morey.

Les enquêteur du commissariat de Toul ont alors "rapidement établi" un lien avec la découverte d'un autre cadavre de bébé, en juin 2007, au domicile de la même famille. A l'époque, le couple avait été placé en garde à vue, mais l'affaire avait été classée sans suite, l'autopsie n'ayant pu déterminer les circonstances de la mort de l'enfant.

Selon un enquêteur, la mère a expliqué que "les deux bébés - selon elle, des jumeaux - sont nés en mai 2000. Elle les aurait conservés dans un congélateur jusqu'en 2005". Pour "faire de la place", la jeune femme en aurait laissé un seul. "Elle aurait gardé chez elle (le second bébé) et l'aurait amené avec elle" à chaque déménagement.

Des recherches médico-légales devront notamment déterminer la date de décès de l'enfant, dont "le corps est très décomposé". "Elle est très choquée. Elle dit qu'elle a accouché seule, chez elle, en 2000", raconte un autre enquêteur. "Elle ne dit pas expressément qu'ils étaient mort-nés, mais pour le premier, en 2007, elle avait dit qu'il était bleu, qu'il ne respirait pas, qu'il ne bougeait pas, qu'il ne criait pas".

Les enquêteurs se sont refusés à dire si les propos de la femme pouvaient être "crédibles", le procureur faisant seulement valoir que certains détails étaient "déconcertants, déroutants" :



Le procureur a annoncé qu'il allait "reprendre le dossier de 2007, que nous allons joindre à l'affaire en cours", alors que des expertises ADN sont en cours afin de déterminer la parenté de l'enfant, ainsi que l'éventuelle gémellité avec le premier cadavre de 2007.

Le couple, qui vit en concubinage, a par ailleurs trois autres enfants, âgées de 11, 10 et 7 ans. Depuis 2000, ils ont déménagé à de multiples reprises avant d'acquérir une maison dans le quartier "Grandménil" d'Ecrouves.