Marseille : un collégien, incendiaire présumé cet été, mis en examen

  • A
  • A
Marseille : un collégien, incendiaire présumé cet été, mis en examen
Pendant plusieurs semaines, la police, aidée par l'ONF et les pompiers, a enquêté sur l'adolescent avant de l'interpeller mardi soir. Image d'illustration.
Partagez sur :

Interpellé par la police en flagrant délit, en train d'allumer un feu, un adolescent de 14 ans a reconnu être à l'origine de plusieurs incendies survenus cet été près de Marseille

Un collégien de 14 ans, soupçonné d'être à l'origine de plusieurs incendies survenus cet été près de Marseille et arrêté mardi soir alors qu'il essayait d'allumer un feu, a été mis en examen jeudi pour "destruction par incendie". Le jeune homme, qui a reconnu au cours de sa garde à vue être à l'origine de plusieurs feux dont un particulièrement virulent qui avait bloqué 3.000 passagers dans les gares de la région, risque quinze ans de réclusion criminelle.

Le procureur de la République de Marseille a requis son placement en détention provisoire

Présenté à un juge. Le garçon, originaire d'Aubagne, a été surpris en flagrant délit en train d'allumer un foyer mardi soir par la sûreté départementale. Des policiers, qui enquêtaient conjointement avec l'Office national des forêts et les pompiers, étaient positionnés depuis deux semaines dans cette zone considérée comme à risque d'incendie lorsqu'ils ont intercepté l'adolescent, qui s'est rendu sans résistance.

A l'origine de 18 foyers. En garde à vue, le jeune homme, "fasciné par les pompiers" et qui n'avait aucun antécédent judiciaire a reconnu avoir allumé 18 foyers, qui ont brûlé en tout 300 hectares entre fin juin et mi-septembre dans la zone d'Aubagne, dont notamment un incendie qui avait ravagé 240 hectares en août, a-t-on ajouté de sources policières.

Cet incendie avait provoqué l'interruption du trafic ferroviaire sur certaines lignes du Sud-Est et bloqué plusieurs milliers de personnes dans les gares en ce week-end de retour de vacances. L'enquête devra notamment déterminer si l'incendiaire a agi seul, et une analyse psychiatrique était en cours pour tenter de préciser les raisons de son passage à l'acte.