11-Novembre : ce rassemblement "anti-Trump" qui inquiète les autorités

  • A
  • A
11-Novembre : ce rassemblement "anti-Trump" qui inquiète les autorités
Les forces de l'ordre seront particulièrement vigilantes à la présence de drones dans le ciel parisien. Photo d'illustration.@ STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :

Plus de 70 chefs d'État, 10.000 policiers mobilisés… Les commémorations de l'Armistice de 1918, seront couvertes par un dispositif de sécurité inédit dans la capitale. Les autorités redoutent notamment la présence de "black blocs" lors d'un rassemblement anti-Trump. 

Un mélange entre la grande marche de janvier 2015 pour Charlie Hebdo et la COP21. Voilà comment un haut-fonctionnaire du ministère de l'Intérieur décrit auprès d'Europe 1 le dispositif de sécurité de ce week-end de commémorations de l'Armistice de 1918, à Paris. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : il y aura pas moins de 98 délégations à loger et à transporter, autour de 72 chefs d'État, avec 10.000 forces de l'ordre sur le pont. Parmi elles, 500 policiers seront affectés à la sécurité rapprochée des dignitaires. À titre de comparaison, il n'y avait "que" 5.500 policiers mobilisés le 11 janvier 2015.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Pierre de Vilno sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Les exigences américaines drastiques. Depuis un mois, les réunions techniques et diplomatiques se succèdent avant une accélération dans les derniers jours. Chaque pays a ses exigences avec lesquelles il faut composer. Dans ce domaine, le cahier des charges américain est l'un des plus pointus. Donald Trump se déplacera avec sa propre voiture blindée venue de Washington. Avec lui, il y aura un millier de collaborateurs dont 700 directement responsables de sa sécurité. Les autorités américaines sont même allées jusqu'à faire re-mesurer la piste de l'aéroport où se posera Air Force One, l'avion présidentiel américain.

La manifestation anti-Trump ciblée par les "black blocs" ? Le président américain sera d'ailleurs l'objet d'une manifestation ciblée contre lui. Tous les contestataires se sont donné rendez-vous place de la République, dimanche à 14 heures. Un rassemblement qui met les services spécialisés sur les dents : ils ont constaté ces derniers jours le fort engouement que suscite cet événement chez des groupes très variés, certains violents habituellement, en marge de toute organisation.

La préfecture s'attend à la présence de "200 à 400 activistes violents". D'après nos informations, plusieurs collectifs d'extrême gauche radicale se sont activés à l'approche de cet événement qui vise à dénoncer la présence de "Trump l'impérialiste" en France. Sans être massif, le rassemblement pourrait comprendre un noyau dur avec un "black bloc" de quelques centaines de personnes, appuyé par des suiveurs déterminés. Vendredi, la préfecture de police a indiqué se préparer à faire face à la présence de "200 à 400 activistes violents"

Pour sécuriser au mieux l'événement, la préfecture de police n'a d'ailleurs autorisé qu'un rassemblement statique, plus facile à contenir. Plus de 4.000 CRS et gendarmes mobiles seront spécifiquement chargés du maintien de l'ordre dimanche. Les autorités ont même anticipé des interpellations massives : en plus des structures habituelles, trois commissariats sont réquisitionnés pour accueillir les gardes à vue.

Plusieurs lieux à sécuriser. Il n'y aura pas que la place de la République à sécuriser. La multiplicité des lieux de rendez-vous complique aussi les choses. Dimanche, par exemple, la commémoration aura lieu à l'Arc de Triomphe, le déjeuner sera servi à l'Élysée et concert pour les conjoints sera donné à Versailles. Côté trafic, les routes seront bloquées et la circulation va devenir un véritable cauchemar durant cette fin de semaine pendant laquelle Paris sera sous une bulle de sécurité. Le ciel sera lui aussi particulièrement surveillé, afin d'éviter toute intrusion de drones.