Tutelle de Vincent Lambert : la décision attendue le 10 mars

  • A
  • A
Tutelle de Vincent Lambert : la décision attendue le 10 mars
Rachel Lambert, la femme de Vincent, pourrait devenir subrogé-tuteur. @ AFP
Partagez sur :

REPRÉSENTATION - La famille Lambert, qui se déchire sur le sort de Vincent depuis 2008, va savoir si ce dernier sera placé sous tutelle. 

La juge des tutelles de Reims décidera le 10 mars s'il convient de nommer un tuteur pour représenter Vincent Lambert, hospitalisé depuis 2008 en état végétatif et dont la famille se déchire sur son sort.

Rachel Lambert s'estime "légitime". Lors de l'audience devant la Chambre des familles du TGI de Reims, le procureur de la République a requis la désignation d'un tuteur extérieur à la famille auquel seraient associés deux subrogés-tuteurs dont Rachel Lambert, l'épouse de Vincent. "Mon mari n'a pas besoin d'un tuteur, je suis son épouse. Si la justice décide qu'il faut un tuteur, je suis évidemment légitime sinon que resterait-il de notre mariage ?", a expliqué Rachel Lambert. La décision sera rendue par courrier aux différentes parties le 10 mars.

La tutelle, une "menace" pour son neveu. Selon François Lambert, le neveu de Vincent partisan de l'arrêt des traitements, une tutelle représenterait "une menace supplémentaire pour le droit de Vincent à ne pas subir d'acharnement thérapeutique". "La justice doit dire que le débat du maintien en vie de Vincent a déjà été tranché notamment par la plus haute juridiction européenne, on ne va pas recommencer à l'infini ce procès", a plaidé Gérard Chemla, l'avocat de François Lambert. 

Quant aux parents, catholiques traditionalistes farouchement déterminés à maintenir leur fils en vie, ils espèrent dans la désignation d'un tuteur la possibilité d'un transfert de Vincent vers un autre établissement. "Vincent a évolué par rapport à l'année dernière et il n'a rien à faire au CHU de Reims qui n'a qu'un projet de mort pour lui", a estimé Jérôme Triomphe, leur avocat.