"Trop d'Arabes" à Toulouse : le maire réclame la démission d'un élu municipal

  • A
  • A
"Trop d'Arabes" à Toulouse : le maire réclame la démission d'un élu municipal
Le maire de Toulouse réclame la démission d'Aviv Zonabend, un élu municipal.@ Aviv Zonabend / Facebook
Partagez sur :

Le conseiller municipal délégué Aviv Zonabend avait déclaré qu'il y avait "trop d'Arabes" à Toulouse, fin avril, des paroles en "violation profonde avec l'esprit de tolérance" de la ville occitane selon le maire.

Le maire LR de Toulouse Jean-Luc Moudenc a demandé jeudi la démission d'un de ses élus municipaux qui avait déclaré, dans une interview à une radio israélienne accordée dans le cadre d'un déplacement à Tel Aviv, qu'il y avait "trop d'Arabes" à Toulouse. Jean-Luc Moudenc a pris cette décision après avoir obtenu "la traduction assermentée de l'interview" donnée en hébreu par Aviv Zonabend, conseiller municipal délégué, à la radio israélienne Galatz. Ces propos avaient ensuite été repris le 26 avril dans un article publié par le site The Times of Israël.

Une réponse confirmée par la version écrite. "Ces paroles sont en violation profonde avec l'esprit de tolérance et de respect qui constitue la boussole de mon engagement et de celui de toute mon équipe dans sa diversité", a déclaré le maire, précisant, dans un communiqué, que la traduction confirmait "hélas" l'article du Times of Israël. Dans sa version française, le magazine israélien indique qu'à "la question posée par le journaliste israélien Razi Barkai, de savoir combien il y a d'Arabes" à Toulouse, Aviv Zonabend a répondu, "beaucoup, trop", avant de préciser qu'ils représentent "11 à 12% des habitants".

Une démission demandée sous 24 heures. Aviv Zonabend, de confession juive, est chargé des relations avec les villes jumelées. Il était en déplacement à Tel Aviv, jumelée avec Toulouse. Regrettant que ces paroles aient été "prononcées, qui plus est dans le cadre" de ses fonctions de conseiller municipal, le président de Toulouse Métropole a déclaré avoir "informé" jeudi son élu "qu'il a le devoir de présenter, sous 24 heures, sa démission de ses mandats d'élu municipal et métropolitain". "À défaut, je prendrai mes responsabilités en lui retirant l'ensemble de ses délégations exercées tant à la Mairie de Toulouse qu'à Toulouse Métropole", a ajouté le maire de Toulouse.