Triple meurtre dans la Drôme : "On se pose tout le temps la question : pourquoi ?"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Dans les deux communes de la Drôme où vivaient les trois personnes âgées tuées ce week-end, l'incompréhension domine. L'agresseur aurait choisi ses victimes au hasard.

REPORTAGE

Encore de nombreuses questions ce mardi matin autour de la cavale meurtrière de l'homme de 23 ans qui a tué ce week-end trois personnes âgées dans la Drome : une octogénaire à Chabeuil et un couple de septuagénaires non loin de là à Montvendre. Le suspect a été interpellé et placé en hôpital psychiatrique, son état n'étant pas compatible avec une garde à vue.

Il échappe aux médecins avant les agressions. On a appris lundi qu'avant les agressions, le jeune homme, présenté comme un déséquilibré, avait été admis aux urgences de l'hôpital de Valence après une altercation dans un TGV mais qu'il s'était enfui avant sa prise en charge par les médecins. Reste que le drame a traumatisé les habitants de ces deux villages de la Drôme.

"Terrible". Ce sont deux petites communes tranquilles situées à quelques kilomètres de Valence, où tout le monde se connaît plus ou moins. Les trois victimes étaient issues de familles installées depuis plusieurs générations. "Ce sont des gens qui sont beaucoup impliqués dans le vie locale. Là, c'est d'autant plus terrible qu'on se pose la même question tout le temps : pourquoi ?", s'interroge Pascal Pertusa, la maire de Chabeuil.

Sans motif. Difficile de trouver une réponse encore mardi matin. D'après les premiers éléments de l'enquête, l'agresseur a choisi ses victimes au hasard, sans motif particulier. Elles étaient juste sur son chemin. A Montvendre, village de 1.000 habitants, le couple tué dans sa maison était connu et respecté de tous. Le mari avait notamment été adjoint à la mairie. Jean-François, un habitant, ne comprend pas non plus ce qui s'est passé. "Ce sont des gens que l'on connaît depuis qu'on est dans le village, très actifs dans la commune. On est loin d'imaginer que dans un petit village comme celui-ci, il puisse se passer des choses de cette sorte. Je suis très choqué que ce soit eux."