Treiber connaissait-il la tante de Géraldine Giraud ?

  • A
  • A
Treiber connaissait-il la tante de Géraldine Giraud ?
Partagez sur :

La tenancière d’un bar doit être entendue par les enquêteurs. Un témoignage à charge, selon France Soir.

Jean-Pierre Treiber doit être jugé à partir du mois d’avril prochain pour le double meurtre de Géraldine Giraud et Katia Lherbier. Les corps des deux jeunes femmes ont été retrouvés en décembre 2004 dans le puisard de son jardin. Mais depuis le début de l’affaire, les enquêteurs cherchent à établir le lien entre l’ancien garde-chasse et les deux victimes. Le maillon manquant pourrait être Marie-Christine Van Kempen, la tante de Géraldine Giraud.

Un nouveau témoignage intéresserait tout particulièrement les enquêteurs : celui de la propriétaire d’un bar situé en Saône-et-Loire. "Cette femme, jusqu’à présent inconnue des enquêteurs, s’est présentée spontanément il y a quelque temps à la brigade de gendarmerie de son domicile", raconte France Soir, dans son édition de lundi. Elle n’aurait pas pris conscience de l’importance de son témoignage. Mais elle l’assure : Marie-Christine Van Kempen et Jean-Pierre Treiber fréquentaient, ensemble, son établissement en 2004.

Un témoignage à charge qui pourrait corroborer les dires d’un homme, un ancien co-détenu de Jean-Pierre Treiber. En septembre, il avait affirmé que le suspect principal dans ce dossier lui avait avoué connaître Marie-Christine Van Kempen. S'exprimant sous couvert d'anonymat, l'homme a confirmé lundi dans un entretien téléphonique à l'AFP cet échange avec Jean-Pierre Treiber. Actuellement en "liberté conditionnelle" dans la région d'Auxerre, il doit être entendu par la police judiciaire.

Marie-Christine Van Kempen aurait été l’amante de Katia Lherbier, avant qu'elle ne rencontre Géraldine Giraud. Soupçonnée d’avoir commandité le crime, elle avait un temps été mise en examen pour complicité, avant de bénéficier d’un non-lieu.

Pour faire avancer le dossier avant le procès, le président de la cour d’assises de l’Yonne a demandéun "supplément d’information". Si des éléments nouveaux sont découverts, Marie-Christine Van Kempen pourrait être réentendue, selon France Soir. Jean-Pierre Treiber a lui été réincarcéré après sa cavale qui a duré 74 jours. Il doit être interrogé le 7 décembre, a indiqué lundi son avocat.