Toulouse : marche blanche en mémoire d'une jeune femme tuée chez elle

  • A
  • A
Toulouse : marche blanche en mémoire d'une jeune femme tuée chez elle
Image d'illustration.@ FRED TANNEAU / AFP
Partagez sur :

La jeune femme de 21 ans avait été retrouvée chez elle par les pompiers. Des traces biologiques dans l'appartement avait permis de retrouver un suspect. 

Une petite centaine de personnes ont participé samedi matin à une marche blanche en hommage à une jeune femme de 21 ans tuée fin juillet à Toulouse, un meurtre pour lequel le frère de la victime de l'affaire dite du "pullover rouge" a été écroué mi-août.

"Justice pour Cintia". Roses blanches à la main, derrière une banderole portant les mots "Hommage à Cintia", la famille de la jeune femme et des habitants du quartier ont marché dans le centre-ville, d'abord en silence puis en scandant "Justice pour Cintia" et "Cintia, on est là, on ne t'abandonne pas". Cintia Lunimbu avait été retrouvée le 27 juillet, tuée à l'arme blanche, dans son appartement située dans le quartier Arnaud Bernard, par les pompiers alertés par des proches inquiets de ne plus avoir de ses nouvelles.

Traces biologiques dans l'appartement. Le 11 août, Jean-Baptiste Rambla, le frère de Marie-Dolorès tuée à 8 ans en 1974 dans l'affaire dite du "pullover rouge", a été mis en examen et écroué pour son meurtre, des "traces biologiques recueillies sur les lieux du crime" ayant permis d'orienter l'enquête

L'affaire avait défrayé la chronique pendant de longues années, en raison de la parution en 1978 d'un livre, "Le pullover rouge" de Gilles Perrault, qui avait alimenté les doutes sur la culpabilité de Christian Ranucci condamné à mort et guillotiné en 1976 pour le meurtre. Rambla, aujourd'hui âgé de 49 ans, avait six ans quand il a assisté au kidnapping de sa sœur. Il a refait parler de lui en 2008, quand il a été condamné à 18 ans de réclusion criminelle par la Cour d'assises des Bouches-du-Rhône pour le meurtre en 2004 de son ex-employeuse dont le corps avait été découvert plus de sept mois après les faits.

Après un transfert à la prison de Muret, près de Toulouse, il avait obtenu une libération conditionnelle le 23 février 2016.