Tollé des associations contre l'assouplissement de l'affichage publicitaire

  • A
  • A
Tollé des associations contre l'assouplissement de l'affichage publicitaire
Le projet de décret s'inscrit dans le cadre de la loi Macron de juillet 2015.@ AFP
23 partages

Le gouvernement prévoit d'autoriser les panneaux publicitaires de grand format scellés au sol dans les villes de moins de 10.000 habitants.

Plusieurs associations, dont Paysages de France, se sont indignées lundi du projet du gouvernement d'assouplir la législation concernant l'affichage publicitaire, notamment dans les petites villes et les stades. "Les paysages, qui sont notre patrimoine collectif, doivent-ils être un support publicitaire, la réponse est non", a déclaré Pierre-Jean Delahousse, le président de Paysages de France, qui regrette "le silence du ministère de l'Écologie" à ce sujet.

Le projet de décret sur "la simplification de la réglementation des publicités, enseignes et pré-enseignes" s'inscrit dans le cadre de la loi Macron de juillet 2015. Dans une lettre aux associations, le cabinet d'Emmanuel Macron explique que "les intentions du gouvernement, soucieux de la préservation de l'environnement et de la qualité paysagère, sont (...) d'apporter de nouvelles possibilités de recettes aux collectivités territoriales et d'assurer la sécurité juridique des entreprises du secteur".

Des personnalités se mobilisent.  Un appel lancé fin novembre contre ces nouvelles dispositions a également recueilli le soutien de plusieurs personnalités dont Nicolas Hulot, Huvert Reeves, Allain-Bougrain-Dubourg, Régis Debray, François Morel, Daniel Pennac, Edgar Morin, etc.

Application prévue en mars. Avec ce texte, dont l'application est prévue à compter du 1er mars, "les panneaux publicitaires de grand format (type 4x3) scellés au sol seraient autorisés dans les villes de moins de 10.000 habitants", où ils sont actuellement interdits, sauf si la ville fait partie d'une agglomération de 100.000 habitants, déplore Pierre-Jean Delahousse.

Des panneaux plus grands. Autre mesure "ubuesque" selon Pierre-Jean Delahousse : la modification du mode de calcul de la surface des publicités. "Le projet de décret prévoit qu'on ne compte que l'affiche et pas le support, ce qui peut faire passer le panneau publicitaire de 12 à 16m2". "Cela va totalement à l'encontre de la loi Grenelle 2, qui prévoit une réduction de la surface de l'affichage publicitaire", estime-t-il.

Dans les stades. Enfin, le projet de décret prévoit que les stades de plus de 15.000 places pourront accueillir des panneaux publicitaires géants, notamment lumineux, allant juqu'à 50 m2. Selon les associations, une cinquantaine de villes seraient concernées.